actualités

Macky Sall annonce qu’il ne sera pas candidat à la Présidentielle de 2024

Le président sénégalais, Macky Sall, a déclaré, lundi soir Dakar, qu’il ne va pas se présenter pour un nouveau mandat à l’élection présidentielle prévue le 25 février 2024 dans le pays, mettant un terme au suspense qui a duré depuis plusieurs mois.
Macky Sall annonce qu’il ne sera pas candidat à la Présidentielle de 2024 2

L’annonce a été faite par le chef de l’Etat lors d’un message adressé à la Nation depuis le Palais de la République à Dakar et retransmis sur la Radio télévision sénégalaise « RTS ». Cette décision a été « mûrement réfléchie, » a dit le chef de l’Etat sénégalais.

Le président Macky Sall, élu en 2012 et réélu en 2019, avait déclaré en mars dernier au magazine français « L’Express », qu’il a le droit de se présenter à la prochaine présidentielle fixée au dimanche 25 février 2024 . « Sur le plan juridique, le débat est tranché depuis longtemps », avait-il déclaré au média français. A signaler que la Constitution, après la révision de 2016, prévoit que la durée du mandat présidentiel est de cinq ans, et non plus sept, et que « nul ne peut exercer plus de deux mandats consécutifs ».

Le 24 juin dernier, Macky Sall avait affirmé qu’il fera un « choix libre et souverain, très bientôt », car, selon lui, « le moment est venu », et ce lors de la cérémonie de clôture du Dialogue national ouvert avec les forces vives de la nations.

« Mes chers compatriotes, ma décision longuement et murement réfléchie est de ne pas être candidat à la prochaine élection du 25 février 2024 », a-t-il déclaré lors d’une adresse à la nation diffusée sur la télévision publique, mettant fin à un suspens de plusieurs mois.

Le chef de l’Etat entretenait le flou sur sa candidature, alors que le pays a connu ses troubles les plus meurtriers au début du mois de juin depuis des années, faisant au moins 16 morts.

  Coup d’Etat en Guinée : Condamnation de l'Union africaine et de la CEDEAO

Ses opposants lui prêtaient le dessein de se présenter à un troisième mandat.

« Le Sénégal dépasse ma personne et il est rempli de leaders capables de pousser le pays vers l’émergence », a-t-il dit.

« On a tant spéculé, commenté ma candidature à cette élection (…) Mes priorités portaient surtout sur la gestion d’un pays, d’une équipe gouvernementale cohérente, et engagée dans l’action pour l’émergence, surtout dans un contexte socio-économique difficile et incertain », a-t-il ajouté.

« J’ai une claire conscience et mémoire de ce que j’ai dit, écrit et répété, ici et ailleurs, c’est-à-dire que le mandat de 2019 était mon second et dernier mandat », a-t-il déclaré.

Elu en 2012, réélu en 2019, Macky Sall avait fait réviser la Constitution en 2016. Elle stipule que « nul ne peut exercer plus de deux mandats consécutifs », mais il expliquait que cela ne le concernait pas puisqu’il avait exercé son premier mandat avant la réforme.

Scroll al inicio