actualités

SOMMET USA-AFRIQUE : JOE BIDEN PLAIDERA POUR L’INTÉGRATION DE L’UNION AFRICAINE AU G20

SOMMET USA-AFRIQUE : JOE BIDEN PLAIDERA POUR L’INTÉGRATION DE L’UNION AFRICAINE AU G20 2

Joe Biden va défendre, lors d’un sommet qui se tient sur trois jours à partir de mardi à Washington, l’idée d’une intégration de l’Union africaine au G20, le groupe rassemblant dix-neuf des économies les plus avancées ainsi que l’Union européenne, afin de renforcer le rôle clé joué par le continent, a indiqué la semaine passée la Maison-Blanche.

Il faut dire que cette rencontre très attendue doit servir de cadre à la nouvelle stratégie déployée par l’administration Biden et qui consiste dans un premier temps à se rapprocher du continent africain après les années Trump, et deuxièmement à barrer la voie à la Chine et la Russie qui y cultivent leur influence ces dernières années. Le premier sommet États-Unis-Afrique, qui s’était tenu en 2014, était une initiative de l’ancien président, Barack Obama.

Cette année, presque tous les dirigeants des pays membres de l’Union africaine ont été conviés, à l’exception de ceux qui sont à la tête d’une transition en Guinée, au Mali, au Burkina faso et au Soudan. Ces pays sont actuellement suspendus de l’organisation panafricaine. Quant à l’Érythrée et au Sahara occidental, Washington n’entretient pas de relations diplomatiques avec eux.

Selon une note de la commission des Affaires africaines du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche, le Chef de l’Etat américain exprimera clairement sa position favorable au dossier africain lors du Sommet USA-Afrique qui s’ouvre ce mardi 13 décembre 2022.

«Il est plus que temps que l’Afrique ait des sièges permanents à la table des organisations et initiatives internationales (…) Nous avons besoin de davantage de voix africaines dans les conversations internationales à propos de l’économie mondiale, la démocratie et la gouvernance, le changement climatique, la santé et la sécurité», a affirmé Judd Devermont, directeur exécutif aux Affaires africaines des USA, cité par le journal «The Washington Post».

  L'ÉCOLE HYDROBASE RÉHABILITÉE GRÂCE À LA COOPÉRATION ENTRE LES UNIVERSITÉS GASTON BERGER DE SAINT-LOUIS ET LA ULL LAGUNA DE TENERIFE

Le 16 novembre dernier, au sommet du G20, le président en exercice de l’Union Africaine (UA), le Chef de l’Etat sénégalais, Macky Sall, avait plaidé pour que l’Afrique obtienne un statut de membre permanent au sein de cette organisation, arguant que «l’Afrique est la 8ème puissance économique par son PIB, possède plus de 60% des terres arables avec une population estimée à près de 2,5 milliards d’ici 2050».

Le G20 regroupe les 19 pays les plus industrialisés du monde en plus de l’Union européenne (UE). A compter de janvier 2023, il sera présidé par l’Inde, avec qui le président Joe Biden compte évoquer la question d’admission de l’UA en tant que membre permanent du G20, a conclu Judd Devermont.

A signaler que la Maison Blanche à déjà annoncé que tous les pays membres de l’Union africaine (UA) seront invités à ce sommet à l’exception de ceux qui ont été suspendus par l’UA suite à des putschs militaires (Mali, Burkina Faso, Soudan, et Guinée-Conakry) et ceux que les Etats-Unis ne reconnaissent pas en tant qu’Etats souverains et indépendants et qui ne sont pas membres de l’ONU, dont la chimérique pseudo-république sahraouie «RASD» que ses sponsors algérien et sud-africain ont échoué à imposer à l’occasion de cette grande messe afro-américaine.

Scroll al inicio