actualités

Violences contre Amy Ndiaye Gniby : Yewwi-Wallu se justifie, BBY réclame justice

Violences contre Amy Ndiaye Gniby : Yewwi-Wallu se justifie, BBY réclame justice 2

Des responsables de l’intercoalition Yewwi-Wallu de l’opposition à Tivaouane ont fustigé, samedi, l’attitude jugée provocatrice de la députée Amy Ndiaye Gniby à l’Assemblée nationale, une position balayée d’un revers de main par le camp de la majorité qui souhaite que justice soit rendue «sans faiblesse ni complaisance» après l’agression dont la parlementaire a été victime au sein de l’hémicycle.

Massata Samb, un élu de Yewwi Askan Wi (YAW), une coalition de l’opposition, a giflé sa collègue Amy Ndiaye de la coalition de la majorité Benno Bokk Yaakaar (BBY), selon plusieurs journaux.

L’incident a déclenché mercredi des affrontements entre les parlementaires réunis en séance plénière pour examiner le budget du ministère de la Justice pour l’année prochaine.

Les deux camps ont rencontré à tour de rôle la presse, samedi, pour se prononcer sur cette affaire qui continue de faire réagir au-delà des cercles politiques.

«Le député Massata Samb est un excellent défenseur des préoccupations du département de Tivaouane à l’Assemblée nationale. En revanche, c’est Amy Ndiaye qui est en train de déshonorer la femme sénégalaise», a déclaré Fatou Ndiaye, membre du Parti de l’unité et du rassemblement (PUR).

“Amy Ndiaye n’a pas honoré Mame Diarra Bousso, Fawade Wellé avec son attitude provocatrice. Avec ses propos, la ligne rouge a été franchie”, a insisté cette responsable du PUR, en allusion aux propos jugés désobligeants tenus par la première nommée à l’endroit du responsable moral du PUR et guide religieux Serigne Moustapha Sy.

Le responsable du Parti démocratique sénégalais (PDS) dans le département de Tivaouane a poursuivi dans la même lancée, estimant que “Massata Samb est un député exemplaire qui accomplit un travail fabuleux à la représentation nationale”, avant d’appeler à arrêter “les insulteurs attitrés à l’Assemblée [nationale]».

  Covid-19/au Sénégal : 83 nouveaux cas dont, 32 guéris

”Nous sommes tous des Massata Samb», insiste le responsable du PDS, une des principales forces de la coalition Wallu Sénégal de l’opposition.

Dimanche dernier, lors de la plénière de l’Assemblée nationale consacrée au vote du budget de l’Assemblée nationale pour l’exercice 2023, la députée Amy Ndiaye a eu des propos jugés ‘’déplacés et irrespectueux» à l’endroit du responsable moral du PUR.

Il s’en est suivi des incidents qui ont conduit à la suspension des travaux. Les députés de l’opposition, mécontents de ce qu’ils considéraient comme une «charge», avaient demandé en vain des excuses de la parlementaire.

L’agression dont la députée Amy Ndiaye serait donc la suite de la tension suscitée au Parlement par ses propos controversés.

Les responsables de la mouvance présidentielle ont de leur côté fait face à la presse, pour demander à la justice “d’aller jusqu’au bout dans cette affaire”.

«L’accord est maintenant unanime pour reconnaitre que la prochaine fois, au lieu d’une civière pour transporter une députée évanouie, ce sera un corbillard malheureusement qui risque de se garer devant l’Assemblée nationale», a déclaré l’ex maire de Méouane, Bara Ndiaye, responsable de l’Alliance pour la République (APR, au pouvoir).

«C’est un acte qui ne saurait rester impuni, nous condamnons de la façon la plus ferme cette agression. Jamais de mémoire, de tels faits n’ont été constatés dans notre représentation nationale où on en arrive à régler des contradictions et prises de position par la force, par l’insulte et par la violence», a dit M. Ndiaye.

Il a insisté : “C’est inédit dans l’histoire parlementaire du Sénégal. Tout le monde espérait qu’avec cette représentation plus large, l’opposition allait favoriser une pluralité, un débat d’idées sain, des contradictions fondées sur des idées et non sur des gifles et coups de pied”.

Scroll al inicio