La Confédération africaine des organisations professionnelles de la pêche artisanale (CAOPA) appelle les gouvernements à sauver la pêche artisanale de la menace à laquelle elle est confrontée.

Dans une déclaration intitulée ‘’Appel à l’action de la pêche artisanale’’, la CAOPA, qui réunit des associations de pêche artisanale de 27 pays africains, appelle les gouvernements du continent à prendre en compte ‘’cinq axes prioritaires’’ pour sauver cette forme de pêche.

L’un de ces axes consiste à ‘’cogérer 100 % des zones côtières’’ du continent, selon la CAOPA.

Une trentaine de journalistes et d’agents de radios communautaires membres de l’Association des communicateurs en pêche ont entamé, jeudi, à Thiès (ouest), un atelier de deux jours consacré à cet appel de la CAOPA et aux techniques de communication.

Gaoussou Guèye, le président de la Confédération africaine des organisations professionnelles de la pêche artisanale, a souligné l’importance du recours aux radios communautaires pour la promotion de cette forme de pêche.

Ces radios peuvent aider à sensibiliser les pouvoirs publics sur les ‘’axes prioritaires’’ de l’‘’Appel à l’action de la pêche artisanale’’.

La CAOPA appelle les gouvernements à garantir la participation des femmes aux activités de pêche et à protéger la pêche artisanale de des secteurs concurrents, notamment la pêche industrielle, l’exploitation minière en eau profonde, le tourisme et la fabrication de farine de poisson.

L’appel à l’action préconise la construction de communautés résilientes face au changement climatique.

La CAOPA réclame aussi la détaxation du carburant destiné à la pêche artisanale.

Près d’une dizaine d’organisations représentant la pêche artisanale d’Afrique, d’Asie, d’Europe et d’Amérique du Sud ont signé cet appel, qui a été traduit dans diverses langues africaines, dont le wolof et le swahili.

À LIRE  Entreprenariat jeune : une entreprise sénégalaise parmi les 10 finalistes de l’Africa’s Business Heroes