actualités

MAHAMADOU ISSOUFOU : ‘’LE FORUM INTERNATIONAL DE DAKAR AIDE À FAIRE TAIRE LES ARMES’’

MAHAMADOU ISSOUFOU : ‘’LE FORUM INTERNATIONAL DE DAKAR AIDE À FAIRE TAIRE LES ARMES’’ 2

Le Forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique est une ‘’contribution essentielle’’ à la politique visant à ‘’faire taire les armes’’ dans le continent, a déclaré l’ancien président du Niger Mahamadou Issoufou, mardi, à Diamniadio (ouest).

Cette rencontre annuelle ‘’est une contribution essentielle à la réalisation de l’objectif de faire taire les armes en Afrique’’, a dit M. Issoufou lors de la cérémonie de clôture de la huitième édition du forum.

Le chef de l’Etat sénégalais et président en exercice de l’Union africaine, Macky Sall, et ses homologues d’Angola et du Cap-Vert ont pris part à cette conférence internationale. Des experts en sécurité et les ministres des Affaires étrangères de plusieurs pays, dont l’Arabie Saoudite et le Mali, y ont également participé.

L’atteinte de l’‘’objectif’’ de pacification du continent est ‘’rendue difficile par l’irruption, durant ces dernières années, du terrorisme et (…) du renforcement du crime organisé’’ en Afrique, a dit l’ex-président du Niger.

L’Afrique a d’autres défis à relever, notamment les changements climatiques et les problèmes d’ordre économique et social, a-t-il rappelé.

‘’Tous ces défis sont liés. Pour faire face à tout cela, nos Etats sont obligés d’élaborer des stratégies, de concert avec nos partenaires’’, a dit l’ancien dirigeant nigérien en présence de la ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur, Aïssata Tall Sall.

‘’Il faut que dans chaque Etat la montée en puissance des armées puisse continuer. Il faut construire les Etats (…) Si on n’arrive pas à construire les Etats, il sera extrêmement difficile de saisir les autres maillons de la chaîne’’, a souligné Mahamadou Issoufou, président du Niger de 2011 à 2021.

  La banlieue de Dakar sinistrée par les pluies diluviennes

Il exhorte les dirigeants africains à s’atteler à ‘’la construction d’armées dignes de ce nom, parce que l’armée est la colonne vertébrale de l’Etat’’. ‘’Si elle n’existe pas, il ne pourra pas y avoir d’Etat.’’

‘’Malheureusement, ces défis sont survenus dans notre région à un moment où, en réalité, on n’a pas d’armées capables de faire face aux menaces. C’est l’expérience que j’ai vécue pendant dix ans (…) à la tête du Niger. Nous ne sommes pas dans une situation normale, mais en guerre. Il faut mobiliser les moyens nécessaires, qui permettent d’assurer notre souveraineté’’, a ajouté M. Issoufou.

Son départ du pouvoir dans le respect de la Constitution de son pays a valu le Prix Mo Ibrahim à l’ancien chef d’Etat du Niger. Cette distinction récompense la bonne gouvernance et le leadership démocratique des dirigeants africains.

Le Niger fait partie des pays du Sahel qui ont payé le plus lourd tribut au terrorisme.

Avec-APS-

Scroll al inicio