culture

DEUXIÈME ÉDITION DU FESTIVAL ‘’AU TOUR DES CORDES’’, À PARTIR DU 28 OCTOBRE

DEUXIÈME ÉDITION DU FESTIVAL ‘’AU TOUR DES CORDES’’, À PARTIR DU 28 OCTOBRE 2

La deuxième édition du festival ‘’Au tour des cordes’’ va s’ouvrir jeudi 28 octobre prochain à Saint-Louis (nord), en présence de représentants du Mali, du Maroc et du Rwanda, ‘’pays mis en avant’’ autour d’une programmation se distinguant ‘’par son éclectisme musical, sa richesse culturelle et son ambition de toucher tous les publics’’, annoncent les organisateurs. La manifestation se tiendra jusqu’au lundi 31 octobre.

Le programme inclut ‘’une série de concerts, de résidences de création, de masterclass, d’ateliers de découverte et de pratique musicale pour les scolaires, une conférence sur les patrimoines humains et les instruments traditionnels de musique, une déambulation poético-historique’’, précise un communiqué des organisateurs.

‘’Bassekou Kouyaté, le magnifique joueur de ngoni, l’exceptionnel guembriste et oudiste Majid Bekkas et la seule femme joueuse d’inanga, Sophie Nzayisenga’’ et d’autres musiciens sont attendus au festival, ajoute le texte.

L’événement aura lieu dans une ‘’démarche de brassage et de rencontre des cultures’’ de ses promoteurs, selon le communiqué.

‘’La programmation musicale 2022 se distingue par son éclectisme musical, sa richesse culturelle et son ambition de toucher tous les publics. L’objectif est clair : offrir des moments exceptionnels, dans des endroits à taille humaine pour de chaleureuses réjouissances communes’’, expliquent les organisateurs.

Le koriste sénégalais Abdoulaye Cissokho, l’un d’entre eux, ‘’s’est entouré cette année d’illustres virtuoses’’, dont le Marocain Driss El Maloumi, le Malgache Rajery, la Chinoise Sissy Zhou, le Péruvien Federico Tarazona et l’Iranien Showan Tavakol, qui forment le duo ‘’perse-inca’’.

Il y a aussi la Franco-Algérienne Nesrine Belmokh, l’Argentine Sandra Rumolino, la Belgo-Tunisienne Ghalia Benalien en duo avec l’Iranien Kiya Tabassian, en plus des Sénégalais Vieux Mac Faye, Abdou Guité Seck, les Frères Guissé, Maah Keita et Amira Abed.

  Sécurité alimentaire : les Etats-Unis annoncent une aide de 2,5 milliards $ à l’Afrique

‘’Cet événement né des eaux prend sa source dans l’ADN même de la ville qui l’a enfanté’’, à savoir Saint-Louis du Sénégal, dont la ‘’situation géographique privilégiée’’ sur le delta du fleuve Sénégal ‘’favorise une expédition’’, écrivent les organisateurs.

La programmation musicale de cette année ‘’invite à un voyage ponctué par une série d’escales qui offrent des moments uniques de sybaritisme, de volupté et d’enseignement’’, lit-on dans le texte.

Il ajoute que le festival ‘’Au tour des cordes, c’est aussi des créations in situ’’, par le biais de ‘’collaborations qui font état du caractère liquide des cultures, leur fluidité et surtout leur porosité qui favorisent, dans l’affirmation vitale des singularités, la réinvention des perceptions dans le brassage’’.

‘’La circulation des savoirs vient compléter cet élargissement des visions, avec une conférence sur le thème ‘musique, patrimoine et histoire à travers les instruments’. Mais également des ateliers destinés aux scolaires sur la découverte de lointains instruments traditionnels, leurs histoires, leurs sonorités et leur place dans les sociétés actuelles’’, souligne le comité d’organisation du festival.

Selon l’éditorial consacré à l’événement, le programme propose aussi des masterlass ‘’aux artistes locaux pour leur donner l’occasion d’apprendre à maîtriser des techniques particulières par lesquelles les artistes programmés se distinguent’’.

Le festival offre cette année à son public ‘’une déambulation poétique et touristique pour revisiter le patrimoine matériel et immatériel de Saint-Louis’’.

Scroll al inicio