actualités

LA CRÉATION DE CENTRES D’ACCUEIL DES MALADES MENTAUX ERRANTS

LA CRÉATION DE CENTRES D’ACCUEIL DES MALADES MENTAUX ERRANTS 2

Le Réseau de promotion de la santé mentale au Sénégal (REPOSAMS) envisage d’implanter des centres d’accueil et de prise en charge psychosociale des malades mentaux errants, a annoncé, lundi, à Thiès (ouest), son coordonnateur, Abdoulaye Guèye.

‘’Bientôt, vous verrez ces centres de recasement et de socialisation, qui vont émerger partout sur le territoire national’’, a dit M. Guèye en marge de la célébration de la Journée mondiale de la santé mentale, au centre ‘’Dalal Xel’’ de Thiès.

Le REPOSAMS, constitué d’une quarantaine d’associations d’aide aux malades mentaux, est un ‘’auxiliaire’’ des établissements psychiatriques, selon son secrétaire général.

Il existe 43 établissements psychiatres au Sénégal, affirme le REPOSAMS, qui juge ce nombre insuffisant.

Les acteurs communautaires contribuant jusque-là à la prévention, par la sensibilisation, disent vouloir maintenant ‘’insister sur l’accompagnement psychosocial’’ des malades mentaux.

‘’C’est un programme (…) qui nécessite des structures de prise en charge psychosociale’’, a précisé Abdoulaye Guèye en présence d’experts et de médecins.

Il va s’agir d’impliquer les acteurs communautaires et les familles des malades dans la prise en charge et la lutte contre la stigmatisation des personnes malades, a-t-il expliqué lors de cette rencontre présidée par Alphonse Thiaw, le directeur de cabinet de la ministre de la Santé et de l’Action sociale.

‘’Nous sommes en train de travailler avec les autorités, pour que ces centres puissent être implantés à travers tout le Sénégal, notamment à Touba (centre)’’, a-t-il déclaré.

Une phase pilote d’installation de centres d’accueil communautaires a été lancée à Rufisque (ouest), dans le but de retirer de la rue les malades mentaux errants, a annoncé le docteur Jean Augustin Diégane Tine, chef de la division de la santé mentale au ministère de la Santé et de l’Action sociale.

  Financement du TER : « Le projet a coûté 780 milliards FCFA »

Des associations chargées de l’accueil et de l’assistance des malades mentaux existent déjà, selon M. Tine.

Ces associations leur viennent en aide avant de les conduire vers les établissements de santé chargés de leur offrir une prise en charge médicale, a-t-il précisé.

Ces initiatives peuvent être soutenues par les collectivités territoriales, qui doivent aménager des espaces dédiés à l’accueil provisoire des malades mentaux, selon le chef de la division de la santé mentale.

Avec-APS-

Scroll al inicio