Au Sénégal, l’activité économique hors agriculture et sylviculture a progressé de 3,6% au deuxième trimestre 2022 par rapport au premier et de 4% sur le premier semestre, lit-on dans la dernière note de conjoncture que la Direction de la prévision et des études économiques (DPEE) du Sénégal vient de publier. Une croissance essentiellement soutenue par le tertiaire (+6,7%) et les taxes sur biens et services (+5,2%).

S’agissant de l’activité agricole, la campagne 2022/23 a démarré de façon « satisfaisante » sur ce deuxième trimestre, symbolisée, d’une part, par la bonne dynamique de mise en place et de cession de semences d’arachide et d’espèces diverses, d’autre part, par l’installation de l’hivernage dans la plupart des localités du pays. Dans la vallée du fleuve Sénégal, les réalisations rizicoles, à fin juin 2022, ont progressé, en rythme annuel, lit-on.

L’Etat poursuit sa politique de subvention des intrants agricoles pour la campagne 2022/23, notamment les semences et les engrais, mais seule l’arachide bénéficie d’une hausse en volume de l’ordre de 5,4%, en rythme annuel pour s’établir à 73 199 t (t) (dont 56 000 t certifiées) pour 2022/23.

Les quantités de semences certifiées sont demeurées inchangées pour le maïs (3 000 t) et le sorgho (1 500 t). Par contre, les objectifs de distribution de semences certifiées de niébé (2 000 t) et de sésame (6 00 t) devraient baisser, respectivement, de 50% et 14,3%. Quant aux semences ordinaires, les objectifs de mise en place s’établissent à 9 000 t pour le riz et 3800 t pour le niébé, soit des prévisions à la baisse respectives de 10% et 24%. Enfin, 15 000 boutures de manioc devraient être distribuées aux producteurs pour la campagne agricole 2022/23, soit un recul de 25%, en rythme annuel.

À LIRE  Le chiffre d’affaires dans l’industrie fait un bond de 20,9% au premier trimestre 2022 AU SÉNÉGAL

Les engrais subventionnés sont en recul de 20,3% « malgré la hausse des montants injectés ».

Commodafrica