Une cinquantaine de ministres Africains en charge de l’Environnement et des experts internationaux ont pris part, ce jeudi, à l’ouverture dans la capitale sénégalaise, des travaux de la deuxième partie de la 18ème session de la Conférence ministérielle Africaine sur l’Environnement (CMAE).

‘’Comme vous le savez, cette deuxième partie de la 18ème session de la CMAE intervient dans un contexte particulier marqué par les crises sanitaires, alimentaire, énergétique et financière qui impact négativement les économies Africaines’’, a indiqué le ministre de l’Environnement et du développement durable, Abdou Karim Sall.

Il s’exprimait à l’ouverture des travaux de cette session qui a vu la participation du Sénateur américain, John Kerry, Envoyé spécial du président des Etats-Unis pour le climat, de représentants de la Commission européenne ainsi que de nombreux officiels sénégalais et experts internationaux sur l’Environnement.

M. Sall a fait savoir que ces crises se sont amplifiées par la recrudescence des périls écologiques dont les plus préoccupantes sont les changements climatiques et leur lot de désastres, la désertification, la déforestation, la perte de biodiversité, la pollution de l’Environnement, l’érosion côtière dans les pays de la façade maritime.

‘’Autant de risques et périls environnementaux qui menacent le continent et ses populations et exige de chacun d’entre nous une prise de conscience pour devenir un acteur du changement’’, a-t-il souligné.

Selon lui, dans un tel contexte, la CMAE a jugé utile de tenir la présente session en mettant l’accent sur la nécessité d’une reprise économique post Covid-19 sur le bien-être des personnes grâce à des actions environnementales qui créent des emplois et améliorent les moyens de subsistance.

À LIRE  MACKY SALL : "ALIOUNE BADARA CISSÉ ÉTAIT UN HOMME DE CONVICTION ET UN BRAVE COMPAGNON’’

Avec-APS-