La coalition au pouvoir au Sénégal a perdu sa majorité parlementaire dans un test clé pour la popularité du président Macky Sall avant les élections de 2024.

La coalition au pouvoir, Benno Bokk Yakaar du président Macky Sall a remporté 82 des 165 sièges du corps législatif, a déclaré jeudi à la presse à Dakar, Cire Aly Ba, président de la commission nationale chargée de compiler les votes. Il détenait auparavant 125 sièges.

La principale coalition d’opposition, Yewwi Askan Wi, a obtenu 56 sièges, tandis qu’un autre bloc d’opposition, Wallu Sénégal, affilié à l’ancien président Abdoulaye Wade, a obtenu 24 sièges. La participation électorale était de 46%, a déclaré Ba.

À seulement 18 mois de l’élection présidentielle, le vote a été largement considéré comme un test pour la popularité de Sall. Cela souligne le mécontentement croissant envers le président face à la hausse des prix des denrées alimentaires et du carburant, ce qui rend moins probable une candidature à un troisième mandat.

C’est la première fois que le parti du président au Sénégal n’a pas aussi une majorité parlementaire. Sall, 60 ans, effectue son deuxième jusqu’en 2024.

La principale coalition d’opposition, Yewwi Askan Wi, a obtenu 56 sièges, tandis qu’un autre bloc d’opposition, Wallu Sénégal, affilié à l’ancien président Abdoulaye Wade, a obtenu 24 sièges. La participation électorale était de 46%, a déclaré Ba.

C’est la première fois que le parti du président au Sénégal n’a pas aussi une majorité parlementaire. Sall, 60 ans, qui purge son deuxième mandat, doit démissionner en 2024.

Le refus de Sall de dire s’il se présentera en 2024 a déclenché des troubles et fait craindre qu’il ne soit tenté de suivre les traces du président ivoirien Alassane Ouattara et d’Alpha Condé en Guinée voisine, qui ont tous deux sollicité un troisième mandat extraconstitutionnel en 2020. .

À LIRE  COVID-19/SÉNÉGAL: 172 NOUVEAUX CAS POSITIFS, 294 NOUVEAUX GUÉRIS ET 6 DÉCÈS

De violentes manifestations ont éclaté le mois dernier après que la principale liste de candidats parlementaires de la coalition d’opposition a été invalidée et que plusieurs de ses dirigeants populaires ont été empêchés de se présenter.
Mercredi, le principal challenger de Macky Sall à l’élection présidentielle de 2019, Ousmane Sonko, et d’autres dirigeants de l’opposition ont appelé les Sénégalais à « défendre leur vote par tous les moyens » et à reporter l’annonce des résultats en invoquant des irrégularités.