Le Sénégal s’est doté lundi d’une stratégie nationale de l’état-civil (Snec) apte à sa condition nationale, afin de permettre de mieux maîtriser les faits et données liés à la gestion de sa population.

La cérémonie de validation de ce processus a été présidée par le ministre sénégalais des Collectivités territoriales, du Développement et de l’Aménagement des territoires, Oumar Guèye.

Financé à hauteur de 18 milliards de FCFA pour une durée de 42 mois, le processus d’élaboration de cette stratégie avait été lancé le 7 mai 2021, a rappelé M. Guèye.

Selon le ministre, la Snec offre désormais un »cadre national plurisectoriel cohérent de modernisation du système national de l’état-civil» sénégalais.

»L’objectif général de la stratégie nationale est d’améliorer le système d’enregistrement des faits d’état-civil et la production régulière des statiques vitales», a-t-il expliqué.

Dans le cadre de »l’amélioration de la gouvernance de l’état-civil», la Snec devrait, selon le ministre, ‘’permettre un renforcement des capacités des acteurs et des structures impliquées dans la gestion des faits d’état-civil».

M. Guèye a enfin relevé que »l’absence de stratégie ne permettait d’assurer ni la cohérence des actions, ni la capitalisation des initiatives en faveur de l’état civil».

À LIRE  Covid-19 en Afrique: des mesures pour limiter sa propagation