La 14e Biennale de l’art Africain contemporain (Dak’art) 2022 donne l’occasion à Dakar à des retrouvailles à la communauté artistique qui avait envie de »bouger après de longues périodes de confinement pour des raisons de COVID-19», a déclaré la présidente de la Fondation MAM, Marème Samb Malong.

»C’est un grand engouement que nous avons constaté lors de ce Dak’art», a dit Marème Samb Malong. La Biennale de cette année apporte beaucoup à la population, aux créateurs, à l’économie. Le point le plus important, ce sont les rencontres, ces partages, ce foisonnement artistique au cours de cette Biennale, c’est formidable, a-t-elle raconté.

Ouverte le 19 mai, la 14e édition de la Biennale de l’Art contemporain se poursuit jusqu’au 21 juin sous le thème »I Ndaffa», ou «forger» en sérère, une des principales langues du Sénégal.

La Fondation MAM, créée en 2019 et basée à Grand Suza, au Cameroun, est un creuset pour les artistes et compte les aider à profiter de la 14e Biennale pour exposer leurs œuvres, a ajouté Marème Samb Malong, une Camerounaise d’origine franco-sénégalaise.

»Nous accueillons des artistes camerounais, mais aussi d’autres pays ayant un lien avec nos valeurs fondées sur le respect de la nature, de la biodiversité», a-t-elle précisé.

À LIRE  Covid-19 : Saint-Louis réceptionne 6.343 doses de vaccin