Un projet destiné à renforcer et améliorer le système de gestion du stage clinique des infirmiers et sages-femmes, a été officiellement lancé mardi à Dakar, dans le cadre de la coopération technique entre le Sénégal et le Japon.

Prévu pour une durée de 3 ans (avril 2022-avril 2025), le Projet d’amélioration de la qualité du stage clinique des infirmiers et des sages-femmes (AQSIS) vise « à renforcer et améliorer le système de gestion du stage clinique des infirmiers et sages-femmes, pilier important du système de santé », a expliqué docteur Aboubakrine Sarr, le conseiller technique pharmacie au ministère de la Santé et de l’Action sociale.

« A travers cet important projet qui interviendra principalement dans les régions de Dakar et de Thiès », le ministère de la Santé et de l’Action sociale, ainsi que les autres départements ministériels impliqués « espèrent renforcer le système de mise en œuvre et améliorer la qualité du stage clinique des infirmiers et des sages-femmes », a-t-il indiqué.

S’exprimant lors du lancement de cette initiative, docteur Sarr a ajouté que ce projet vise ’’une meilleure coordination entre les écoles de formation et les structures sanitaires, afin de disposer de personnels enseignants, d’encadreurs et de prestataires sanitaires avec des compétences plus pratiques sur la gestion du stage clinique ».

En présence de représentants des ressources humaines du ministère de la Santé, des écoles de formation en santé publique et privée, docteur Sarr a appelé les partenaires au développement, « dont l’appui indéfectible n’est plus à discuter », à soutenir les initiatives qui seront développées dans le cadre de ce projet.

À LIRE  UN PROGRAMME SPÉCIAL DE MODERNISATION DE L’HÔPITAL DE TIVAOUANE

Yoshimizu Jun, premier adjoint au représentant de l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA) au Sénégal, note que la problématique du stage clinique des infirmiers et des sages-femmes constitue « aujourd’hui l’un des défis majeurs aussi bien dans la formation continue des étudiants du public et du privé, que dans la coordination des stages entre les écoles et les établissements sanitaires ».

« Nous espérons avec ce projet avoir l’opportunité de vulgariser les bonnes pratiques dans d’autres régions du Sénégal et d’autres pays pour contribuer au renforcement du stage clinique dans les pays de l’Afrique francophone », a-t-il dit.

Selon le représentant de la JICA, le ministère de la Santé, à travers ce projet, a l’occasion de bâtir « une nouvelle synergie pouvant favoriser une meilleure coordination entre les établissements sanitaires et les écoles de formation et une amélioration de la formation, principalement dans les régions cibles ».

Le ministère de la Santé et de l’Action sociale, pour arriver à une couverture sanitaire universelle (CSU) jugée adéquate, met déjà en œuvre, entre autres stratégies nationales, le Plan national de développement des ressources humaines pour la santé et l’action sociale 2020 2028 (PNDRHSS2), lequel s’est fixé comme objectif d’arriver à « un système de santé suffisamment doté en ressources humaines qualifiées, motivées et engagées pour répondre aux besoins des populations en matière de santé et d’action sociale » .