Au Sénégal, la petite île de Sipo, au sud du Sine Saloum, est en deuil depuis la disparition de Fatou Mané, appelée « la reine de Sipo », le 12 avril dernier. La centenaire était une figure emblématique de ce village de la commune de Toubacouta, proche de la Gambie. Une « reine » -un titre honorifique »“ sans couronne ni château, mais respectée pour ses dons de guérisseuse et visitée par des touristes du monde entier.

L’Agence sénégalaise de promotion touristique lui a d’ailleurs rendu hommage. L’un de ses enfants devrait lui succéder.

À moins d’une demi-heure en pirogue de Toubacouta, l’île de Sipo, bordée d’une plage de sable fin. « Là on est en face de l’île de Sipo, il y a 63 habitants », raconte le guide Ousmane Sarr. « La reine Fatou Mané avait 107 ans selon certains, d’autres disent 109 ans, mais on ne sait pas exactement. »

la petite île de Sipo en deuil depuis la disparition de la «reine» Fatou Mané 1

La légende raconte que Fatou Mané avait disparu entre ses 5 ans et ses 17 ans, avec des djinns, des esprits, avant son retour au village et son titre décerné au départ par des visiteurs étrangers.

« Les djinns lui ont donné des pouvoirs, par exemple elle faisait guérir les gens, elle soignait, elle priait pour les gens. Ill y avait une dame française qui était enceinte, elle commence à avoir un bébé et la reine a dit : «Moi je ne suis pas sage-femme mais je peux t’aider à avoir l’enfant sans difficulté», et elle a réussi, donc on l’a nommée la reine. »

À LIRE  APPEL À FAIRE DE LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION UN "LEITMOTIV PRIORITAIRE"

40 jours de deuil
Fatou Mané recevait dans une maison récemment rénovée, toujours avec le sourire. « Elle était très ouverte, très accueillante », raconte l’une de ses filles, Bintou Touré. « Elle donnait des conseils, elle disait souvent qu’il fallait respecter tout le monde, petits ou grands, Noirs ou Blancs, elle disait : «On est tous pareils’». »

La reine de Sipo avait six filles et un garçon. Après les 40 jours de deuil, la famille organisera sa succession. « On va discuter et trouver facilement une solution », assure Bintou Touré.

Source:RFI