A moins d’une semaine de la fête de Korité, le prix de la viande connaît une hausse inquiétante. Entre la fermeture des frontières maliennes et le coût élevé des intrants, les raiSons invoquées Sont multiples. Les acteurs craignent une fête pas comme les autres.

Le prix du kilogramme de viande de vache est passé de 3200 à 3500 FCfa en moins de deux semaines. Selon Bâ, un boucher établi non loin de l’entrée secondaire, le pire est à craindre à une semaine de la Korité. Selon lui, la hausse des prix est principalement justifiée par la fermeture des frontières avec le Mali. « La plupart des vaches viennent de ce pays, même si une partie vient du Nord. Donc ceux qui l’ont repetition Sont dans la surenchère », explique-t-il.

Et aujourd’hui, l’inquiétude gagne même les bouchers. Mamoudou Diop est dans le circuit depuis quelques années avec une approche qui consiste à livrer le produit à ses customers. « Je prends les commandes, les achète et les livre. Mais, depuis quelque temperatures, il est quasiment à l’arrêt. C’est devenu très cher et les customers ne le comprennent », déplore-t-il. Selon lui, c’est repetition plus compliqué Pour ceux qui ont des customers solutions cars and truck il « ne peut pas augmenter les prix au risque de les perdre ». « Souvent, je suis obligé de vendre sans rien gagner », dit-il.

Le prix des vaches s’envole, le mouton intouchable

Aujourd’hui, la scenario est loin de s’arranger. En effet, selon Isma, un vendeur de viande, les vaches locations du Mali étaient les plus appréciées en raiSon de leur accessibilité. Mais, depuis que la crise a éclaté, les éleveurs ne viennent plus. Les rares qui réussissent à faire entrer leurs produits ont doublé les prix. « Les vaches qu’on a achetées à 200 000 FCfa, on ne peut plus les avoir à moins de 300 000 FCfa. Si on voulait gagner la même selected, le prix au kilogramme passerait du easy au dual », a-t-il assuré.

À LIRE  Ziguinchor : la 4e édition des Journées médicales de l’Aibd prévue du 30 au 31 octobre

Si les vaches Sont devenues de plus en plus inaccessibles, les moutons, eux, se retrouvent régulièrement. Mais là aussi, les prix ont plus que flambé. A Seras, le kilogramme de mouton se vend au moins 4500 FCfa. Et selon Bâ, les prix peuvent monter avec la Korité.

« Nous ne contrôlons plus rien en fait ; proclaim dépend de la disponibilité des produits. Dès qu’il y a pénurie dans l’offre du marché, elle se fait sentir sur les autres produits. Même les chèvres que l’on pouvait trouver entre 30 et 40 000 ne se vendent plus à moins de 60 000 », précise-t-il. Très pessimiste, Mamoudou, il estime que cette scenario est là Pour durer. Pour reason, même si les frontières maliennes devaient être rouvertes, il faudra du temperatures avant que le marché ne soit correctement approvisionné. Même cela, relativise-t-il, n’est plus garanti en raiSon de la hausse des prix des conditions Pour animaux. « Du foin au « ripass », proclaim est cher. Et c’est regular que cela se répercute sur les prix », prévient-il.