La ministre sénégalaise du Pétrole et des Energies, Sophie Gladima, a affirmé mardi à Dakar que si le pays connaît des tensions concernant l’approvisionnement en hydrocarbures en raison de la crise en Ukraine, il n’est toutefois «pas en rupture de produits pétroliers».

La situation est «très tendue» et «nous pensons qu’aujourd’hui, on ne devrait jamais avoir de pénurie en l’état actuel de la situation, mais on ne sait pas d’ici quelque temps», a notamment déclaré Mme Gladima, au sortir d’une rencontre avec le Groupement professionnel de l’industrie du pétrole au Sénégal (GPP).

«A l’heure actuelle, des précautions ont été prises», surtout concernant l’approvisionnement en kérosène, a-t-elle ajouté, soulignant que »nous devons rassurer ici et à l’international, la notification va être levée. Une fois levée, les compagnies aériennes vont être ravitaillées».

SMCADY, société chargée de l’approvisionnement en kérosène, a informé le week-end passé les autorités aéroportuaires sénégalaises des difficultés qu’elle éprouvait dans l’avitaillement en carburant des aéronefs.

En réaction, la société qui gère l’Aéroport international Blaise Diagne de Diass a demandé à tous les opérateurs aériens opérant sur place de prendre les dispositions nécessaires pour transporter la quantité de carburant nécessaire à leur autonomie.

Interrogée à ce sujet, Mme Gladima a répondu que SMCADY est dans l’attente de l’arrivée d’une commande de kérosène. En saisissant les autorités sénégalaises, elle »a voulu alerter (sur la situation), mais elle est allée trop loin», a-t-elle estimé.

Dans tous les cas, a assuré la ministre, l’Etat a pris ses responsabilités à travers PERTOSEN, la Société des pétroles du Sénégal, pour trouver une cargaison de produits pétroliers aptes à satisfaire les besoins des Sénégalais jusqu’à l’arrivée du kérosène, prévue le 22 avril.

À LIRE  Le président Macky Sall réquisitionne les agents de la SDE.

Mieux, selon elle, la Société africaine de raffinage va se remettre à produire du kérosène sur demande de l’Etat.

A la question de savoir pourquoi beaucoup de stations-service de Dakar manquent de carburant, Mme Gladima a expliqué cette situation par un problème d’accès et non un défaut de produit.