Les travaux de dragage de la lagune de Somone, à Mbour, devrait démarrer dans le courant du mois de juin, a-t-on appris de Maurice Latyre Dione, un des adjoints au gouverneur de Thiès.

L’entreprise devant être chargée de ces travaux sera choisie «entre avril et mai», dans le cadre de la mise en œuvre de la deuxième composante du projet «Changement climatique et gestion intégrée des zones côtières» (CCGISC), a indiqué M. Dione.

Il s’exprimait au cours d’une cérémonie de remise de matériels à des groupements de promotion féminine (GPF) des villages de Guéréo, Sorokhassap, Somone et Thiafoura, qui se partagent la réserve intercommunautaire de Somone.

«Avec la composante 2 du projet CCGIZC, qui vise à améliorer la résilience climatique locale par des actions de terrain, il est prévu d’effectuer la restauration du système lagunaire-estuarien dont la mangrove représente l’unité la plus représentative», a renseigné Maurice Latyre Dione.

«Malgré son importance écologique et sa contribution au développement de la localité, la lagune de Somone fait face à un ensablement rendant son dragage opportun pour la préservation de ses fonctions écosystémiques», a-t-il expliqué.

Selon Maurice Latyre Dione, les études techniques (avant-projet sommaire et avant-projet définitif) des travaux de dragage de cette lagune ont déjà été bouclées, ce qui, ajoute-t-il, devrait permettre d’avoir une meilleure connaissance des conditions hydro-écologiques et sédimentaires de la zone et d’éclairer sur le choix de la meilleure option technique pour le dragage.

A l’issue de ces études techniques, quatre actions à réaliser ont été retenues, parmi lesquelles le dragage de onze sections au niveau des lits majeurs de la lagune, mais aussi le redimensionnement du «Pont catholique».

À LIRE  L’ARDN LANCE UNE CAMPAGNE CONTRE LES DISCRIMINATIONS ET LA VIOLENCE À L’ÉGARD DES FEMMES

Il y a aussi la reconstruction de l’ouvrage de retenue d’eau dit «Pont Idrissa Seck» et la démolition d’un des déversoirs de la réserve de Bandia.

«Ces études techniques sont accompagnées d’une étude d’impact environnemental et social qui est en cours de finalisation», a annoncé l’adjoint au gouverneur de Thiès.

D’après Maurice Latyre Dione, ces travaux ont pour finalité de permettre la restauration de l’écosystème côtier de la Somone, de veiller au maintien des activités socio-économiques actuelles et de faciliter la régénération de la mangrove.

A terme, l’objectif poursuivi est de garantir les fonctions écologiques de tout le système côtier de la Somone.

Il signale qu’une étude a été effectuée pour faire l’état des lieux de la prise en charge du genre et la résilience climatique dans les projets de développement et documents de planification territoriale.

Cette étude a été menée pour le compte de la troisième composante du projet CCGIZC, intitulé «Améliorer la connaissance sur les enjeux climatiques, avec un focus sur les zones côtières».

Selon M. Dione, cette étude a recommandé que les femmes transformatrices de produits halieutiques de la Somone soient dotées en équipements pouvant améliorer leurs conditions de travail.

Avec-APS-