Le prix Pritzker 2022, plus haute distinction du monde de l’architecture, a été décerné mardi à l’architecte burkinabè Diébédo Francis Kéré. Il est le premier architecte africain à recevoir la récompense. Un hommage à ses engagements sociaux et humanitaires dans l’architecture.

Considéré comme le « Prix Nobel d’architecture », le Prix Pritzker est la plus haute récompense de la profession. Depuis son instauration en 1979, aucun architecte du continent africain n’avait été récompensé du précieux sésame. Cette année, la remise des prix est une première dans l’histoire puisque c’est le Burkinabé Diébédo Francis Kéré, basé à Berlin, qui succède aux Français Anne Lacaton et Jean-Philippe Vassal .

« J’espère changer le paradigme, pousser les gens à rêver et à prendre des risques. Ce n’est pas parce que l’on est riche qu’il faut gâcher des matériaux. Ce n’est pas parce que l’on est pauvre, que l’on ne doit pas essayer de créer de la qualité », déclare Diébédo Francis Kéré dans un communiqué. « Tout le monde mérite de la qualité, tout le monde mérite du luxe et tout le monde mérite du confort. Nous sommes liés et nos préoccupations vis-à-vis du climat, de la démocratie et de la pénurie sont des préoccupations pour nous tous. »

Diébédo Francis Kéré, premier Africain à remporter le prix Pritzker 1

Pionnier des constructions durables au service des populations, comme l’école de son village natal au Burkina Faso, l’architecte Francis Kéré a reçu mardi le prix Pritzker, devenant le premier Africain à recevoir la plus haute distinction de la profession.

«Je suis totalement convaincu que tout le monde mérite la qualité, que vous soyez riche ou pauvre. C’est là toute mon idée: comment créer du confort même pour les pauvres», a réagi l’architecte auprès de l’AFP, dans ses bureaux à Berlin où il partage sa vie avec son pays natal.

À LIRE  KAFFRINE: LE PRÉFET LANCE UN APPEL POUR MAINTENIR LES TALIBÉS DANS LES ÉCOLES

Né en 1965 à Gando, village à l’époque sans école du Burkina Faso qui l’a inspiré toute sa carrière, Francis Kéré devient le premier Africain à recevoir le «nobel» de l’architecture, un prix remis chaque année depuis 1979 et qui a déjà couronné les plus grands noms de cet art, comme Frank Gehry, Tadao Ando, Renzo Piano, Zaha Hadid ou Jean Nouvel.

«Nous avons beaucoup de jeunes qui cherchent des opportunités, et voir l’un d’entre eux gagner le prix Pritzker peut être une grande ouverture et une grande inspiration pour devenir architecte», a-t-il poursuivi.

  • Ecole primaire –

«Dans la douleur actuelle de la crise sécuritaire, notre pays doit se rappeler qu’il est aussi la nation d’hommes exceptionnels comme Francis Kéré», a affirmé Ra-Sablga Seydou Ouédraogo, économiste et président de l’organisation burkinabè Free Afrik, alors que le pays est pris depuis 2015 dans une spirale de violences attribuées à des mouvements jihadistes.

Diébédo Francis Kéré, premier Africain à remporter le prix Pritzker 2

Francis Kéré est connu pour son implication dans des projets utiles à la population, comme des écoles, des établissements de santé ou des espaces publics, dans plusieurs pays africains, comme le Burkina Faso, le Bénin, le Mali, le Togo, le Kenya et le Mozambique.

«Grâce à son engagement pour la justice sociale et à l’utilisation intelligente de matériaux locaux pour s’adapter et répondre au climat naturel, il travaille dans des pays marginalisés, où les contraintes et les difficultés sont nombreuses et où l’architecture et les infrastructures sont absentes», ont salué les organisateurs du prix Pritzker, remis par la fondation Hyatt, dans un communiqué.

L’architecte, qui possède également la nationalité allemande, s’est aussi vu commander des pavillons et installations en Europe et aux Etats-Unis. En 2004, il avait déjà reçu le prix Aga Khan d’architecture.

À LIRE  COVID-19 France : la progression de l'épidémie est "très inquiétante" selon un haut responsable de la santé

Parmi ses réalisations phares, figure l’école primaire de Gando, le village burkinabè où il est né.

Le jury du prix Pritzker y voit les «bases de son idéologie: bâtir une source avec et pour une communauté afin de répondre à un besoin essentiel et de corriger les inégalités sociales».

  • Mémorial à Sankara –

«Une bonne architecture au Burkina Faso, c’est une salle de classe où l’on peut s’asseoir, avoir une lumière filtrée qui pénètre comme on veut l’utiliser, sur le tableau noir ou sur un bureau», explique l’architecte.

L’école est conçue pour résister à la chaleur et à des ressources limitées. Son succès a conduit à son extension, à la construction de logements pour les enseignants et à une nouvelle bibliothèque. Avec toujours la même ligne directrice, des bâtiments sobres aux tons chauds, sable ou ocre, qui s’insèrent dans le paysage et où la lumière est cruciale.

Parmi d’autres réalisations, figure la rénovation du parc National du Mali à Bamako, ou plus récemment un campus pour un réseau de start-up au Kenya.

D’autres sites emblématiques sont toujours en projet selon le site internet de Kéré Architecture, tels un mémorial pour le révolutionnaire et ancien homme d’Etat burkinabè Thomas Sankara ou une nouvelle Assemblée nationale à Ouagadougou, après l’incendie de 2014 lors de la révolte populaire qui a chassé du pouvoir l’ancien président du Burkina Faso Blaise Compaoré.

Diébédo Francis Kéré, premier Africain à remporter le prix Pritzker 3

L’année dernière, le prix Pritzker avait été décerné aux Français Jean-Philippe Vassal et Anne Lacaton, apôtres d’une architecture dédiée au bien-être du plus grand nombre, combinant espaces généreux avec budgets modestes et techniques écologiques.