Les leaders de Yewwi Askan Wi annoncent une nouvelle création de l’association des Maires. Ousmane Sonko et Cie ne se reconnaissent pas dans l’association des Maires du Sénégal. Les 81 maires et Conseils départementaux issus de Yaw vont créer une association parallèle. Le leader de Pastef s’est exprimé sur la candidature de Khalifa Sall aux législatives de juillet 2022.

« Tout le monde sait qu’il a perdu les élections. Nous avons remporté des communes et nous avons des maires. Ce qu’on dit à nos maires et présidents Conseils départementaux. On s’est concerté, et on a pris des décisions. II s’agit de mettre en place notre propre association des élus locaux », a dit le leader de Pastef.

Sonko s’est adressé aux jeunes. Pour lui, « il faut une prise de conscience car vous avez remarqué que le Sénégal est un grand corps malade. Traduisant un manque de respect notable avec les ressources naturelles au profit des occidentaux, il faudra être sur vos gardes. » Selon Ousmane Sonko, Yewi askan wi a misé sur trois temps forts. Il s’agit des locales, des législatives et de la présidentielle de 2024. Pour le maire de Ziguinchor, avec cette débâcle du régime en place, lors des locales « Macky Sall a lancé son contre-offensive dont les jeunes. La coupe d’Afrique ne doit pas être un prétexte pour vous relâchez. Tous les secteurs sont au point morts. Comment dans ce contexte trouver un emploi, accéder à la santé, recevoir une éducation. C’est le vrai débat. En 10 ans, un train, un stade, et une arène sont ces seuls réalisations. Ce ne sont pas des priorités. Le stade de Maroc est plus grand que le nôtre et moins couteux. 155 milliards dilapidés.

La conférence de presse des leaders a été une occasion pour Sonko de faire une révélation de taille. Il annonce que « Yaw, avec ses 81 élus locaux va créer une association autre que l’AMS (Association des maires du Sénégal). Nous refusons d’y adhérer car c’est pour Macky Sall. Nous sommes des élus et nous sommes capables de le faire. Nos maires seront encadrés et formés mais aussi pour avoir un regard sur la gestion. »

S’agissant des prochaines échéances, Ousmane Sonko a mis en garde les membres du Conseil constitutionnel. A l’en croire, si le Sénégal, en période électoral connait des tensions, c’est due en grande partie au Conseil constitutionnel qui créé des tensions dans ce pays. « On verra si nos listes seront invalidées ou pas et on verra ce jour-là car la cohabitation à l’assemblée nationale sera de taille. »

À LIRE  AISSATA TALL SALL VEUT "UN SOMMET UE-UA BEAUCOUP PLUS EFFICACE"