Le président de l’Union des parents d’élèves et étudiants du Sénégal (UNAPEES), Abdoulaye Fané, a exigé «la reprise immédiate des enseignements et apprentissages» dans «le respect strict du droit des enfants à une éducation de qualité».

«Nous, parents d’élèves, exigeons la reprise immédiate des enseignements-apprentissages dans le respect strict du droit de nos enfants à une éducation de qualité», a-t-il déclaré.

Aboulaye Fané s’exprimait, samedi, lors d’un rassemblement de la coordination de l’UNAPEES de la région de Dakar à la Place de la Nation ex Place de l’Obélix.

«L’UNAPEES et les organisations qui lui sont affiliées manifestent leur profonde amertume, leur inquiétude et leur regret de voir la situation du système éducatif se détériorer de jour en jour», a-t-il fait savoir.

Il a énuméré «les menaces graves d’une année blanche qui pèsent sur l’année scolaire 2021-22 et les conséquences que de telles éventualités peuvent avoir sur l’avenir de nos enfants, sur la crédibilité de l’école sénégalaise et sur l’économie du pays».

Face à une telle situation, Il a appelé «le gouvernement et les enseignants à engager un dialogue franc, responsable et constructif en vue d’un accord qui apaisera durablement l’espace scolaire».

Dans cette dynamique, il a également invité «les enseignants à un sursaut de dépassement en faisant preuve de patriotisme, d’un sens élève du devoir comme du reste ils l’ont toujours fait’’.

«Nous demandons aux élèves de mettre fin à leur grève car ils demeurent les principaux perdants de ce déficit de temps d’apprentissage», a-t-il ajouté.

«Nous engageons tous les parents à assumer pleinement leurs responsabilités pour le suivi des cours par leurs enfants et demandons aux parties en conflit de nous admettre désormais aux réunions sectorielles», a dit M. Abdoulaye Fané.

À LIRE  la rentrée des Cours et Tribunaux reportée en raison de la Covid-19

Il a déploré «le mutisme total des institutions de la République telles que l’Assemblée nationale, le Haut conseil des collectivités territoriales (HCCT) et le Conseil économique, social et environnemental (CESE)’’, avant de les inviter ‘’à se prononcer pour mettre en œuvre ce processus de reprise des enseignements-apprentissages».

’’Le droit à une éducation de qualité doit être garantie à tous les générations de sénégalais et que ce droit doit être garantie par l’Etat du Sénégal conformément aux disposition de l’article 8 alinéa 10 de la constitution du Sénégal», a-t-il souligné.