Plus de six millions et demi de Sénégalais se rendent aux urnes ce dimanche pour élire les maires des 552 communes, 5 villes et les présidents des 43 Conseils départementaux du pays.

Les 6.613.962 électeurs inscrits sur les listes électorales doivent notamment départager les 3149 listes en compétition dans les différentes collectivités territoriales. Le vote doit débuter à 8 heures dans les 15.066 bureaux ouverts à travers le pays.

Les élections locales de ce 23 janvier revêtent un caractère inédit dans la mesure où les maires et présidents de conseils départementaux sont élus au suffrage universel direct. Il y a 166 listes en compétition pour les départements, 44 listes pour les villes et 2939 listes pour les communes.

Le scrutin reporté à plusieurs reprises peut s’avérer complexe car les électeurs sont appelés à voter deux fois, voire trois en fonction de la collectivité locale. Les élections municipales sont organisées dans les 552 communes.

Concernant les élections départementales, elles sont organisées dans 43 départements sur les 46 que compte le pays à l’exception de Dakar, Pikine et Guédiawaye.

Dans les collectivités où sont élus conseillers de la ville, lorsque le territoire de la ville est le même que celui du département, il n’est pas organisé d’élections départementales. A Thiès et Rufisque, les électeurs voteront pour les trois types d’’élections : départementales, municipales et de ville.

Le contrôle du scrutin est effectué par les délégués des Cours d’appel, les superviseurs et contrôleurs de la CENA, les représentants des candidats et les observateurs. Les états-majors des partis et coalitions sont sur le qui-vive alors que le scrutin, dont les résultats sont fortement scrutés, précédent les élections législatives prévue également cette année.

À LIRE  covid-19/sénégal: 404 nouvelles contaminations et 10 décès

Face au bloc de la majorité présidentielle et machine électorale, l’opposition a tenté en vain d’aller aux locales sous une même bannière. Cette dynamique s’est heurtée aux ambitions des uns et des autres. Finalement, trois grandes coalitions sont sorties : Yewwi askan wi, Wallu Sénégal et la Grande coalition Gueum sa bopp. Pour Yewwi askan wi et la Grande coalition Gueum sa bopp, le dépôt de listes n’a pas été une simple formalité.

Les listes de Yewwi askan wi ont été déclarées irrecevables à Saint-Louis, Golf Sud, Sahm Notaire (Dakar) et Kédougou, entre autres. A Mbour, la tête de la liste de la coalition, Me Abdoulaye Tall, n’a pas pu déposer sa liste.

A Matam, le coordonnateur de Yewwi Askan wi, préposé au dépôt des listes pour le compte de la coalition, a décidé finalement de rejoindre la mouvance présidentielle avant de disparaître avec les documents.

Yewwi askan wi et la Grande coalition Gueum sa bopp ont dû attendre la décision de la Cour suprême qui a statué sur les recours introduits par l’administration après la réhabilitation par les cours d’appel des listes rejetées dans un premier temps dans certaines collectivités lors des opérations de dépôt.

La haute juridiction a tranché les différends qui portent essentiellement sur le rejet de certaines listes de la coalition Yewwi askan wi (YAW) pour les élections départementales et municipales.

Sur 10 recours déposés, le ministère de l’Intérieur qui avait saisi la Cour suprême, a eu gain de cause sur les 8 tandis que les 12 recours des partis d’opposition ont tous été rejetés.

À LIRE  Emigration clandestine: 1.000 migrants dont plus de 900 sénégalais ont débarqué aux îles Canaries

La liste de Yewwi à Matam a été validée, par contre la candidature de Moustapha Guirassy à Kédougou a été rejetée.

La candidature de l’homme d’affaires Bougane Guèye Dany à la mairie de Dakar est invalidée.

Pour ces locales, les yeux sont braqués sur la mairie de Ziguinchor que va briguer l’opposant Ousmane Sonko (Yewwi) et la ville de Dakar qui sera âprement disputée par Abdoulaye Diouf Sarr (majorité), Barthélémy Diaz (Yewwi), Doudou Wade (Wallu), la maire sortante, Soham el Wardini, entre autres.

Avec.-APS-