La consommation de drogue au Sénégal connaît une évolution inquiétante. Dans un entretien avec RFI, le directeur régional de l’ONUDC a révélé qu’ « au-delà de la consommation de cannabis, il y a une consommation de cocaïne, de tramadol (médicament opioïde) et de nouvelles substances psychoactives qui viennent d’Asie. »

Cette nouvelle tendance a eu des répercussions sur le nombre de toxicomanes. « Nous estimions avoir, par exemple, près de 10.000 toxicomanes au Sénégal, mais les derniers chiffres de prise en charge font état de 24.000 personnes. Et je pense que d’ici deux ans, elles seront plus de 50.000 », alerte Amado Philip de Andrés.

« Avant, nous observions que 5% à 8% de la cocaïne qui transite dans la région restait sur place, mais aujourd’hui, ce chiffre est passé à 10%-17%. Cela indique qu’il y a une base de consommateurs qui se développe au niveau régional et c’est une grande source d’inquiétude », ajoute-t-il.

Entre 2019 et 2021, 47,5 tonnes de cocaïne ont été saisies en Afrique de l’Ouest ou en route vers l’Afrique de l’Ouest.

À LIRE  L’UE LANCE UN PROGRAMME DE FORMATION AU PROFIT 450 JEUNES SÉNÉGALAIS