L’Institut Pasteur de Dakar et la Coalition pour les innovations en préparation aux épidémies (CEPI), basée en Norvège, ont signé un accord de partenariat visant ‘’à faire avancer’’ le projet de construction au Sénégal d’un centre régional de fabrication de vaccins contre la Covid-19, une initiative dénommé MADIBA.

L’objectif de ce protocole d’entente est de faire avancer le projet MADIBA de l’Institut Pasteur de Dakar (IPD), un centre régional de fabrication de vaccins contre la Covid-19 et d’autres vaccins à Dakar.

Dans sa phase initiale, la nouvelle installation modulaire de l’IPD fabriquera chaque année jusqu’à 300 millions de doses de vaccins contre la COVID-19 qui seront utilisées en Afrique. La construction avancée de l’usine de fabrication, l’IPD est sur ‘’la bonne voie pour commencer la production de vaccins au troisième trimestre de 2022’’, rappelle la même source.

L’érection d’une telle unité de fabrication de vaccins est le fruit d’un partenariat entre l’Etat du Sénégal, l’Union européenne, les Etats-Unis d’Amérique ainsi que d’autres partenaires comme la Banque mondiale.

Sur la base de ce nouvel accord, la CEPI fournira un soutien stratégique et technique au projet MADIBA de l’IPD pour faire progresser le développement de la fabrication de vaccins et leur livraison en Afrique.

’’La CEPI fournira également des conseils sur la mise en œuvre d’une solution novatrice de remplissage et d’administration des vaccins, homologuée par MedInstill/INTACT Solutions et développée avec le financement et le soutien de la CEPI’’, fait-on savoir.

Il s’agit d’une technologie innovante pour accélérer la production et la livraison de vaccins. L’IPD a choisi cette nouvelle technologie pour accélérer le développement de ses capacités de production de vaccins et faciliter l’administration rapide de vaccins en Afrique, fait valoir la source.

À LIRE  DIOUF SARR prévoit 200.000 doses de vaccin pour les étudiants et enseignants

Elle assure que l’IPD remplira le vaccin fini-connu sous le nom de produit pharmaceutique – dans des poches en plastique stériles similaires à des sacs de perfusion qui peuvent contenir et transporter 200 doses de vaccin par poche, comme alternative au remplissage du vaccin fini dans des flacons en verre conventionnels.

Cette nouvelle technologie de remplissage, de transport et d’administration des vaccins rend les poches multi doses particulièrement adaptées à une utilisation dans des cadres où les ressources sont faibles, font valoir les deux parties.

Elles relèvent que les poches sont plus légères et plus petites, ce qui réduit le coût et l’empreinte de la chaîne du froid. L’administration du vaccin à partir de poches est rapide et facile, offrant ainsi une solution rapide et peu coûteuse pour les campagnes de vaccination de masse pendant les épidémies et les pandémies.

Dans le cadre de la mise en œuvre du projet MADIBA, l’Institut Pasteur de Dakar avait déjà signé un protocole d’entente avec BioNTech afin de poursuivre la fabrication de vaccins à ARNm et explore activement des partenariats avec d’autres fabricants de vaccins pour produire des vaccins homologués contre la Covid-19 dans sa nouvelle usine de fabrication, souligne le communiqué.

Il signale qu’à l’avenir, l’IPD prévoit de s’étendre afin de produire des vaccins contre d’autres agents pathogènes pertinents pour la région, mais potentiellement aussi de nouveaux vaccins financés par la CEPI.