Quelque 3,2 millions de femmes pourraient développer un cancer du col de l’utérus au Sénégal, a révélé, jeudi à Dakar, le professeur Mamadou Diop, cancérologue et directeur de l’institut du cancer Joliot-Curie de l’hôpital Aristide-Le-Dantec.

Le directeur de l’institut du cancer, Joliot-Curie, a signalé ‘’une avancée’’ importante de la lutte contre cette maladie en parlant de l’existence d’un logiciel disponible au Sénégal, qui sert à répertorier tous les cancers qu’il y a dans le pays. ‘’Le ministère va déployer les moyens qu’il faut pour le démarrer, cette année’’, a-t-il dit.

Quelque 11.317 nouveaux cas de cancer sont recensés au Sénégal, chaque année, a indiqué le professeur Mamadou Diop sur la base d’estimations faites par l’Organisation mondiale de la santé. Sept à huit personnes sur 10 vivant avec un cancer vont en décéder, a-t-il dit.

‘’Quelque 3,2 millions de femmes risquent de développer un cancer du col de l’utérus au Sénégal’’, a dit M. Diop lors d’une conférence de presse du Programme élargi de vaccination (PEV) du ministère de la Santé.

Le PEV a signalé dans ce sens une forte baisse du taux de vaccination des filles âgées de neuf à 14 ans contre le cancer du col de l’utérus à cause de la pandémie de Covid-19 et a déploré la détérioration de 28.700 doses.
Son coordonnateur national, le docteur Ousseynou Badiane, a indiqué que le programme tente de rattraper le temps perdu en élargissant la cible de cette campagne de vaccination aux filles âgées de 15 ans.

Il a fait remarquer que le confinement et la fermeture des écoles ont contribué à la forte baisse du taux vaccinal, ajoutant qu”‘avec l’arrivée des vaccins contre le Covid-19, la rumeur a affecté tous les autres vaccins’’.

À LIRE  grippe aviaire: La Gambie ferme ses frontières aux poulets du Sénégal