Le ministre de l’Enseignement Supérieur de la Recherche et de l’innovation a rassuré sur le retour au calme à l’Université de Bambey, soutenant que les assemblées des UFR ont décidé de reconsidérer leurs positions sur l’organisation d’une session unique, une des revendications des étudiants grévistes.

Les assemblées des UFR ont décidé de reconsidérer leurs décisions, je ne préjuge pas des résultats mais déjà deux UFR vont organiser finalement deux sessions tandis que les trois continuent la concertation et rendront leurs décisions’’, a dit le ministre qui faisait lundi face à la presse à Diamniadio.

‘’C’est une bonne chose et depuis lors le calme est revenu dans les espaces universitaires et les instances académiques sont en train de se réunir pour voir les solutions les plus justes’’, a dit le ministre.

La semaine dernière, certaines universités ont été secouées par des mouvements de grève des étudiants, une contestation partie de l’Université Alioune Diop de Bambey (UADB) avant de s’étendre aux campus de Saint Louis, Daker et Ziguinchor, qui décident de soutenir leurs camarades.

Dans toutes les universités, a relevé le ministre, ‘’des instructions ont été données de prendre contact avec les enseignants, le personnel administratif technique et des services et les étudiants pour travailler dans le sens d’obtenir des consensus pour aller vers une paix sociale’’.

‘’Le Syndicat autonome des Enseignants du Supérieur (SAES) a joué les bons offices dans la crise à l’Université Alioune Diop de Bambey pour trouver une solution avec la grève des étudiants qui réclamaient l’organisation de deux sessions d’examen’’, a-t-il tenu à préciser.

À LIRE  Sommet du compact with africa: Le président Macky Sall attendu à Berlin

Appréciant à sa ‘’juste valeur ce geste de haute portée’’, il a remercié les instances du syndicat, avec le Secrétaire général qui a pris l’initiative de s’impliquer en amenant les deux parties ‘’à se parler et à se comprendre’’.

‘’Une décision d’ordre académique dans une université quand elle est prise au niveau de l’Assemblée, il ne peut y avoir de recours, à moins qu’elle décide de revoir la décision et dans ce processus le ministère ne peut pas s’impliquer parce que c’est autour de ce principe que l’autonomie universitaire est inscrite.’’, a-t–il soutenu.

‘’En tant que tutelle je me dois de garantir le respect de ce dispositif’’, a-t-il ajouté. Sur le respect des franchises universitaires avec la présence des forces de l’ordre dans le campus de l’UADB, le ministre de souligner que c’est le recteur qui avait fait cette réquisition.

Une fois que l’Assemblée de l’université décidera de la sortie des forces de l’ordre, ils sortiront et si on continue dans cette dynamique d’accalmie rien ne s’oppose à ce que les forces de l’ordre quittent le campus de Bambey, a-t-il assuré.

Le ministre a souligné les efforts consentis dans l’enseignement supérieur avec ’’beaucoup de transformations positives, l’élargissement de la carte universitaire, les investissements dans les infrastructures, le soutien aux étudiants’’.

Autant de facteurs, selon lui, qui devraient amener les différentes parties à ’’travailler davantage à avoir la paix sociale même s’il y aura toujours des revendications, c’est toujours dans la paix qu’on trouvera des solutions’’.

Avec-APS-