Le Sénégal a entamé un processus de réduction de sa dette qui, de 66,7 % du produit intérieur brut (PIB) en 2021, devrait passer à 56, voire 55 % du PIB en 2023, grâce aux revenus attendus de l’exploitation des ressources pétrolières et gazières du pays, a déclaré, dimanche, à Dakar, le ministre des Finances et du Budget, Abdoulaye Daouda Diallo.

‘’Le Sénégal est en train de se désendetter, car si l’on considère le stock de la dette de l’Etat central rapporté au PIB, il est projeté à 66,7 % à 2021, contre 64,6 % prévus en 2022, soit une baisse de 2,1 points de pourcentage’’, a dit M. Diallo.

Le ministre des Finances et du Budget a annoncé ces prévisions devant les députés, à la clôture de la session plénière de l’Assemblée nationale pour l’examen et l’adoption du budget 2022 de l’Etat.

‘’En fin 2023, avec les revenus du pétrole et du gaz, la tendance baissière [de la dette de l’Etat] devrait se poursuivre pour se stabiliser à un taux de 56, voire 55 % du PIB’’, a-t-il prévu.

Pour financer son économie, le Sénégal va continuer à ‘’privilégier les ressources concessionnelles, le marché financier régional et les partenariats public-privé, afin de maintenir l’endettement sur une trajectoire soutenable et viable’’, a assuré Abdoulaye Daouda Diallo.

Dès lors, ‘’le recours aux financements non-concessionnels ne sera retenu que pour financer les projets présentant un taux de rendement interne élevé’’, a-t-il précisé.

‘’Je tiens (…) à vous rassurer’’, a dit M. Diallo aux députés, ajoutant que la ‘’prudence’’ de l’Etat en matière de gestion des finances publiques ‘’ne signifie pas que [le gouvernement a] délaissé [son] ambition de transformer ce pays’’.

À LIRE  start-up: YOBBALEMA UNE APPLICATION DE COVOITURAGE

La session plénière de l’Assemblée nationale pour l’examen et l’adoption du budget se tenait depuis plusieurs jours.

Le budget de l’Etat a franchi ‘’la barre des 5.000 milliards de francs CFA, exactement un budget de 5.198 milliards’’, a précisé le ministre des Finances et du Budget.

Il signale que c’est le double du montant du budget de l’Etat il y a dix ans.

Avec-APS-