Les députés ont adopté ce vendredi 10 décembre 2021, le projet de révision constitutionnelle visant à restaurer le poste de Premier ministre. Avec 92 voix pour contre seulement 2 voix contre et 8 abstentions.

Quelques semaines après la décision de Macky Sall de faire revenir le poste de Premier ministre, deux ans après l’avoir abrogé, l’Assemblée nationale a adopté le projet de la révision de la constitution avec 92 voix pour, 2 contre et 8 abstentions. La majorité des 3/5 exigée par la loi est dépassée.

Le ministre de la Justice Me Malick Sall a précisé qu’il est apparu nécessaire de restaurer le poste de Premier ministre vu le changement de paradigme, récemment intervenu au plan de la gouvernance de l’Etat, consécutivement à l’institutionnalisation des politiques publiques et l’émergence d’une culture de gestion axée sur le développement, recommande une rationalisation de l’exercice des attributions ministérielles par un réaménagement de la structure du Gouvernement.

Le Garde des Sceaux a noté que cette restauration du poste de Premier ministre vient ainsi adapter l’organisation du pouvoir exécutif à un nouvel environnement économique et politique, s’accompagnant d’une nécessaire requalification des rapports entre l’exécutif et le législatif, notamment la réintégration de la responsabilité du Gouvernement devant I ‘Assemblée nationale et le pouvoir de dissolution de celle-ci dévolu au Président de la République.

Le projet de révision constitutionnelle a opéré une modification de certaines dispositions des articles 40, 43, 49, 50, 51, 52, 53, 54, 55, 56, 57, 59, 63, 76, 80, 81, 82, 83, 84, 85, 86, 87, 101 et 103 de la Constitution, en vue d’encadrer les modalités de nomination et l’étendue des attributions du Premier ministre, ainsi que les rapports entre le pouvoir exécutif et le pouvoir législatif.

À LIRE  covid-19/sénégal: 304 NOUVEAUX CAS, 13 DÉCÈS ET 270 GUÉRIS