Le solde commercial du Sénégal, au mois de juillet 2021, s’est établi à -152,5 milliards de francs Cfa contre -232,9 milliards de francs Cfa au mois précédent, soit une détérioration de 34,5 milliards de FCFA du déficit.

Pour le compte du mois d’août, le Sénégal affiche une amélioration de ses volumes d’exportation par rapport à juillet. Mais les devises supplémentaires engrangées grâce aux nouvelles performances devront hélas servir à couvrir encore une fois le gap creusé par les importations.

De l’ensemble des transactions commerciales effectuées par le Sénégal avec l’extérieur au cours du mois d’août 2021, se dégage un solde négatif évalué à -222,3 milliards FCFA (-394 millions USD), contre -195,2 milliards FCFA le mois précédent. Les exportations du mois d’août ont été évaluées à 235,5 milliards FCFA, soit une hausse de 4,8% en comparaison des 224,8 milliards du mois de juillet. Ces chiffres proviennent du dernier Bulletin mensuel du commerce extérieur de l’ANSD (l’Agence nationale de la statistique et de la démographie) du Sénégal paru en octobre.

Cette augmentation des flux à l’export est justifiée, selon ANSD, par la hausse « des expéditions de produits pétroliers (+92,6%), de crustacés, mollusques et coquillages (+33,4%) et d’or non monétaire (+1,0%) ». Une performance qui aurait été bien meilleure si les volumes d’acide phosphorique et de poissons frais de mer, en baisse respectivement de -38,3%, et – 28,8%, n’avaient pas tiré la tendance vers le bas.

Un rapprochement établi avec les données du mois d’août 2020 fait transparaitre une augmentation du niveau des exportations estimée à 36,9%. Le cumul des volumes des huit premiers mois de l’année 2021 se chiffre à 1 839,2 milliards FCFA, contre 1 571,1 milliards FCFA pour la même période en 2020, soit une augmentation de 17,1%.

À LIRE  3 entreprises sociales innovantes au Sénégal

Au cours du mois d’août 2021, les expéditions du pays vers l’extérieur ont porté généralement par les produits pétroliers (46,2 milliards FCFA), l’or non monétaire (45,6 milliards FCFA), l’acide phosphorique (21,4 milliards FCFA), les crustacés, mollusques et coquillages (11,9 milliards FCFA) et les poissons frais de mer (10,3 milliards FCFA). La plupart des transactions étant faites plus fréquemment avec le Mali (23,3%), la Suisse (15,9%), l’Inde (13,7%), les Etats-Unis (3,8%), l’Espagne (3,7%).

Alors qu’on aurait souhaité les voir baisser, les importations quant à elles ont encore emprunté une courbe ascendante au cours du mois d’août, affichant une progression de 9,0% par rapport à juillet, pour une valeur monétaire de 457,7 milliards FCFA. Cette valeur était de 419,9 milliards un mois plus tôt. « Ce relèvement est expliqué par celui des achats à l’extérieur des ouvrages en métaux communs (+120,7%), d’optique, horlogerie et matériel scientifique (+98,0%) et des produits chimiques organiques et inorganiques (+65,1%) ». A cela s’ajoute la reprise des importations de pétrole brut qui en juillet n’a pas figuré parmi les produits importés par le pays.

Comparées au mois d’août 2020, les importations affichent une hausse de 36,7%. Pour l’ensemble des huit premiers mois de 2021, les approvisionnements du Sénégal en valeur monétaire se sont établis à 3 297,7 milliards FCFA contre 3 013,8 milliards pour la même période en 2020. Ce qui représente une hausse de 9,4%.

Les marchandises importées régulièrement sont entre autres : les produits pétroliers finis (84,5 milliards FCFA), l’huile brute de pétrole (40,7 milliards FCFA), les autres machines et appareils (32,3 milliards FCFA), les produits pharmaceutiques (17,4 milliards FCFA) et le riz (16,0 milliards FCFA). Ces produits proviennent en général de la France (11,6%), le Nigeria (9,3%), la Chine (7,8%), l’Inde (6,6%) et la Russie (6,3%).

À LIRE  Sénégal: léger relèvement des prix à la consommation

Agence Ecofin