Le secrétaire général de la Confédération africaine des organisations professionnelles de la pêche artisanale (CAOPA), Dawda Saine, juge ’’urgent’’ de mettre en œuvre des ’’plans d’actions concrets’’ pour donner un avenir durable à la pêche artisanale.

’’Il est urgent de mettre en œuvre des plans d’actions concrètes pour donner un avenir à la pêche artisanale durable’’, a-t-il notamment insisté au démarrage des travaux d’un atelier de la CAOPA.

Cette activité se tient à Saly-Portudal (Mbour, ouest), en prélude de la célébration de la journée mondiale de la pêche, prévue dimanche prochain et qui porte sur le thème : ’’Mobilisons-nous pour une pêche artisanale durable’’.

’’Nous avons un sentiment de frustration, parce que, malgré nos efforts, trop souvent, nos décideurs et leurs partenaires ne nous regardent pas, ne nous considèrent pas à notre juste valeur et ignorent même nos besoins’’, a déploré M. Saine.

Depuis plus de dix ans, souligne-t-il, ’’nous, hommes, femmes et jeunes de la pêche artisanale africaine, avons uni nos forces pour que notre secteur soit reconnu à sa juste valeur par nos décideurs’’, a-t-il fait valoir.

Il dit relever, ’’petit à petit’’, que le travail des acteurs de la pêche donne la confiance à leurs communautés pour revendiquer leurs droits, faire valoir leurs avantages, en termes social, économique, culturel en qualité de gestionnaires des écosystèmes côtiers.

’’Je suis fier que la pêche artisanale soit aujourd’hui mieux reconnue au niveau international, à travers les directives volontaires pour une pêche artisanale durable de la FAO, et à travers les Objectifs de développement durable agréés par les Nations-Unies, et qui demandent à tous les pays de garantir aux pêcheurs artisans l’accès aux ressources et aux marchés’’, a dit Dawda Saine.

À LIRE  Ambition Africa 2021: L’Afrique a tous les atouts pour profiter de la relance

’’Dans les mots, nos Etats et la communauté internationale se rangent à nos côtés, nous les en remercions. Mais dans les faits, trop souvent, ils privilégient les intérêts de secteurs qui promettent beaucoup de rentrées financières’’, a-t-il regretté.

APS-