Le gouvernement sénégalais a mis en place un système d’information géographique (SIG) pour une meilleure connaissance des inondations dans le pays, a indiqué le ministre sénégalais de l’Eau et de l’Assainissement, Serigne Mbaye Thiam.

M.Thiam a fait cette annonce mardi à l’ouverture de l’atelier de lancement de l’étude sur la mise en place d’un SIG appliqué à la cartographie des surfaces inondables et des risques d’inondations au Sénégal.

“Aujourd’hui, nous allons vers l’élaboration d’une composante essentielle du programme décennal de gestion des inondations, à savoir la mise en place d’un système d’information géographique, pour connaître mieux les risques, mettre en place un dispositif et anticiper les inondations”, a affirmé le responsable sénégalais.

Financé par l’Agence française de développement (AFD), à hauteur de 10 milliards de francs CFA, à travers notamment le fonds vert pour le climat, ce projet est confié à un groupement constitué de deux cabinets. Le premier cabinet est spécialisé dans le SIG et l’autre dans la gestion des inondations. Ils ont été choisis à l’issue d’un appel d’offres qui a vu la compétition de 21 bureaux d’études, a rappelé le ministre.

Selon lui, au terme de ce travail, prévu pour une durée initiale de 30 mois, le Sénégal sera doté d’un “modèle numérique de terrain sur le territoire national”, notant que ce système va permettre d’identifier les bassins versants, les zones d’écoulement d’eau, les temps de submersion.

Il a expliqué que ce modèle numérique de terrain, qui aura “une précision de deux mètres à peu près”, va être “déployé et détaillé dans sept zones prioritaires”.

“Une des zones prioritaires, ça va être le triangle Dakar-Thiès-Mbour. Et les six autres zones prioritaires seront définies à partir du premier modèle numérique de terrain”, a-t-il précisé.

Le Sénégal a été fortement frappé par les inondations depuis 2005 ayant occasionné d’importants dégâts matériels et, parfois dans des endroits, des pertes en vies humaines.
Le gouvernement et ses partenaires ont entrepris depuis des mesures drastiques pour lutter contre ce phénomène.

À LIRE  plage de Malika : 9 personnes mortes noyées, 3 introuvables