Jeudi dernier, des candidats à l’immigration clandestine avaient quitté la capitale de la wilaya de Dakhlet Nouadhibou, en Mauritanie, à destination de l’Espagne. La pirogue avait 40 migrants à son bord, dont 33 sénégalais selon « L’Obs ».

L’émigration clandestine en direction de l’archipel espagnol des Îles Canaries est en pleine recrudescence. L’hécatombe des disparitions en mer, près de 500 décès dénombrés en octobre 2020, n’a pas dissuadé les jeunes Africains, particulièrement les Sénégalais, qui passent par la mer pour rallier l’Europe.

Malgré la sonnette d’alarme lancée par les autorités, ces jeunes qui rêvent d’une vie meilleure, continuent à se jeter dans les eaux de l’Atlantique et de la Méditerranée en direction des Îles Canaries. Pourtant, de plus en plus de candidats tentent de partir des côtes ouest-africaines pour échapper à la crise économique. Mais, ils meurent souvent dans les eaux.

Selon des sources, le jeudi 28 octobre 2021, une embarcation, partie de Nouadhibou pour rejoindre les côtes espagnoles, est portée disparue en haute mer. La pirogue avait 40 migrants à son bord, dont 33 Sénégalais. Depuis son départ, aucune information n’a été relevée. Personne n’est en mesure de dire si les migrants sont encore en vie ou pas.

Par ailleurs, les mêmes sources ont fait savoir qu’au début de l’année 2021, plus de 10 embarcations portées disparues au départ de Nouadhibou ont été recensées.

Sur ces côtes, le 15 janvier dernier, une pirogue qui transportait plus de 50 migrants s’était perdue en mer. Au Maroc, un bateau convoyant 52 personnes, dont 12 femmes et 1 enfant, qui avait quitté la région de Guelmim le 17 octobre passé, est toujours introuvable. Les mêmes sources informent que Boubacar Sonko, Sénégalais de 27 ans, a perdu la vie la semaine passée, dans la forêt de Nador, lors d’une course poursuite avec des policiers marocains. Candidat à l’émigration clandestine, il avait quitté le Sénégal transitant par le Maroc dans le but de rallier l’Espagne. Un projet migratoire qui a échoué à jamais.

À LIRE  COVID-19: 77 MILLIARDS DE FRANCS INJECTÉS DANS LE TOURISME ET LES TRANSPORTS AÉRIENS