La Ministre de la Coopération au développement et de la Politique des grandes villes, Meryame Kitir, déploie des efforts supplémentaires pour renforcer la production locale de vaccins au Sénégal. Elle l’a annoncé lors d’une visite de travail dans le pays. Hier, M. Kitir a visité un certain nombre de projets dans le domaine de la santé, dans le cadre de la pandémie de COVID-19.

La Ministre Kitir est actuellement en visite de travail au Sénégal et a visité hier un certain nombre de projets dans le secteur de la santé, dans le cadre de la pandémie de COVID-19. En septembre, notre pays a fait don de 405 000 doses de vaccin contre le COVID-19 au Sénégal par le biais de COVAX. La Ministre Kitir veut maintenant aller plus loin et renforce sa coopération avec le Sénégal pour soutenir la production locale de vaccins. Elle prévoit 4 millions d’euros à cet effet.

“Le partage de nos vaccins est important, mais nous devons également rechercher des solutions structurelles qui permettront à chacun d’avoir accès à un vaccin le plus rapidement possible. En produisant des vaccins localement, nous ferons en sorte que la population africaine ait également un accès plus rapide à un vaccin”, déclare M. Kitir.

La Belgique, par le biais de son agence de développement Enabel, travaille depuis des années avec le Sénégal pour y améliorer l’accès aux soins de santé de base. Le gouvernement sénégalais a fait d’importants efforts pour améliorer le secteur de la santé ces dernières années et a fait du développement du secteur pharmaceutique local une priorité politique. Le pays espère être en mesure de produire lui-même beaucoup plus de médicaments et de vaccins dans les années à venir.

À LIRE  Coronavirus : vol au-dessus de Wuhan, ville fantôme

La Ministre Kitir plaide depuis longtemps pour une augmentation de la capacité de production mondiale. Elle a déjà réuni les secteurs public, privé et universitaire belges afin d’explorer comment faciliter une production locale.

“Malgré l’ampleur de la pandémie de COVID-19, la capacité de production mondiale est sous-utilisée. Cela s’explique principalement par le fait que le secteur privé est encore trop réticent à partager ses connaissances et ses technologies. Toutefois, cela ne doit pas nous empêcher de tout faire pour renforcer la production locale”, déclare la Ministre Kitir.

Kitir se réjouit de l’annonce faite mardi par Biontech que l’entreprise financera, construira et opèrera une usine au Sénégal afin de lancer une capacité de production locale de vaccins à ARNm. Dès que des garanties de qualité suffisantes seront atteintes, l’usine sera confiée à l’Institut Pasteur de Dakar. La construction débutera à la mi-2022. Biontech estime qu’elle sera en mesure de produire environ 50 millions de vaccins par an. La Belgique soutient cette initiative.

“La Belgique rejoint d’autres États membres européens dans ce projet qui vise à garantir que les vaccins seront produits efficacement. Toutefois, la construction d’une usine ne suffit pas. Une augmentation de la production locale nécessite également une expertise suffisante. En collaboration avec le gouvernement sénégalais, la formation nécessaire et la recherche de nouveaux médicaments et vaccins seront assurées afin qu’il puisse faire face à l’augmentation de la production”.

Les fonds seront utilisés pour préparer le secteur public sénégalais à une production plus locale, entre autres, des vaccins contre le COVID-19. Mais d’autres médicaments et vaccins très importants pour le pays – comme les médicaments contre le SIDA ou le vaccin contre la fièvre jaune – seront également inclus dans la coopération.

À LIRE  TABASKI : 450 DÉTENUS GRACIÉS PAR LE PRÉSIDENT MACKY SALL

“De cette manière, nous investissons dans l’amélioration des soins de santé pour les Sénégalais”, déclare M. Kitir. “C’est important, car plus vite tout le monde sera vacciné et mieux nous serons tous préparés à répondre aux futures épidémies et même pandémies, plus vite tout le monde – y compris nous – sera en sécurité.”