L’association humanitaire française ‘’A bras grands ouverts’’ (ABGO) a fait part, samedi, à Mbour (ouest), de sa volonté d’aider les autorités sénégalaises à éradiquer la non-déclaration des enfants à l’état civil.

‘’Depuis sa naissance en 2006, notre association, qui a comme mission d’assister les Etats dans la construction d’infrastructures scolaires, aide également les enfants non déclarés à l’état civil à recouvrer leur identité’’, a expliqué son président, Daniel Fradin lors d’une conférence de presse.

L’association ABGO va aider à l’enregistrement des enfants à l’état civil, ont assuré ses responsables.

‘’La question de l’état civil est un sujet régalien, qui concerne l’Etat au premier chef’’, a souligné le président de la structure basée au quartier Mbour-Sérère Kao.

MBOUR : UNE ASSOCIATION FRANÇAISE AIDE À LA DÉCLARATION DES ENFANTS À L’ÉTAT CIVIL 1

‘’Nous assistons les pouvoirs publics, notamment dans la tenue des audiences foraines et la sensibilisation’’, a-t-il précisé.

Les conséquences de la non-déclaration des enfants à l’état civil peuvent aller du travail forcé à la prostitution, passant par le mariage précoce, la criminalité, l’analphabétisme, etc., selon Daniel Fradin.

Outre le Sénégal, l’association ABGO intervient au Cambodge et aux Philippines où elle construit des écoles, selon son président. Il déclare avoir facilité la déclaration à l’état civil de 2.312 enfants dans plusieurs pays.

‘’Nous déroulons des campagnes de sensibilisation à l’aide d’émissions radiophoniques et télévisées en langues locales’’, a expliqué Daniel Fradin.

‘’Rien qu’à Fissel, en un seul jour, au cours des audiences foraines, nous avons aidé à l’enregistrement de 596 enfants non déclarés à la naissance’’, a-t-il dit. Dans cette commune du département de Mbour, l’enregistrement a coûté 2.500 francs CFA pour chaque enfant, selon M. Fradin.

À LIRE  Vaccins anti-COVID-19 : le Sénégal va continuer d'utiliser le vaccin AstraZeneca