Le Magal: Le gouvernement a signé avec une société de voirie et de travaux publics un contrat portant sur l’augmentation de la capacité de pompage du bassin de Keur Niang, pour rendre fluide l’évacuation des eaux pluviales afin de soulager les populations de Touba avant le grand magal prévue fin septembre, a annoncé dimanche le ministre de l’Intérieur.

Selon Antoine Félix Diome, ce contrat signé avec la Sénégalaise de voirie et de travaux publics (SVTP) s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du plan national d’organisation des secours (Orsec), déclenché sur instruction du président de la République, le 21 août dernier.

“Le chef de l’Etat nous a donné les instructions nécessaires dans le cadre du plan Orsec qui a été déclenché de tout mettre en œuvre pour soulager les populations dans le cadre de leur vécu quotidien”, a déclaré le ministre de l’Intérieur.

Antoine Félix Abdoulaye Diome s’adressait à des journalistes, peu après avoir visité les bassins de rétention d’eau de Keur Niang et Darou Rahmane, à Touba, en compagnie de ses collègues Serigne Mbaye Thiam (Eau et Assainissement) et Dame Diop (Emploi et Formation professionnelle).

La ville de Touba a enregistré des pluies exceptionnelles depuis le début de l’hivernage, avec des conséquences désagréables pour certains de ses habitants, dans des quartiers tels que Nguélémou, Ndamatou, Ocass ou Keur Niang.

Selon le ministre de l’Intérieur, le contrat signé avec l’entreprise SVTP vise à “augmenter la capacité de pompage du bassin de Keur Niang mais également lui adjoindre deux conduites d’eau” destinées à “fluidifier (…) l’évacuation des eaux vers les deux grands bassins d’infiltration de Darou-Rahmane”.

À LIRE  Covid-19/sénégal: 90 nouveaux cas et 2 décès

Antoine Diome précise que ce contrat porte sur 4 milliards FCFA dont une avance de 1 milliard a été remise à l’entreprise samedi.

Le ministre de l’Intérieur a dans le même temps annoncé la mise en œuvre de la deuxième phase du plan d’assainissement de Touba qui concerne 23 milliards FCFA.

“Les 5 milliards vont consister à renforcer le dispositif d’assainissement déjà existant, alors que les 17 milliards vont toucher plutôt des quartiers qui jusque-là n’ont pas encore été impactés par la phase 1 du plan d’assainissement de Touba”, a-t-il indiqué.

Le ministre de l’Eau et de l’Assainissement, Serigne Mbaye Thiam a lui assuré que le président de la République et le gouvernement “n’ont jamais laissé” en rade Touba dans le cadre des projets d’assainissement retenus.

Il signale que dans le cadre d’un programme d’assainissement d’un coût global de 60 milliards de francs CFA, destiné à dix villes sénégalaises, Touba bénéficie d’une enveloppe de 15 milliards FCFA.

Ce programme concerne aussi des villes telles que Dakar, Saint Louis, Pikine, Louga, Rufisque, Tivaouane, Matam, Kaolack et Tambacounda.

Il prévoit la construction d’un important réseau d’assainissement à Tivaouane, Touba, Matam et Tambacounda, d’augmenter les ouvrages dans les villes de Dakar, Pikine, Saint-Louis et Rufisque.

Il vise aussi à construire des infrastructures autonomes, à multiplier la capacité de traitement des eaux usées de 14 000 m3, et à régler le problème des inondations dans les villes de Kaolack et de Touba.

A la fin du programme, plus de 400. 000 personnes devraient avoir accès aux ouvrages d’assainissement, 300. 000 bénéficieront des branchements sociaux à égout.