Le ministre des Finances et du budget, Abdoulaye Daouda Diallo, a demandé aux services des Douanes de suspendre l’application de la taxe conjoncturelle sur le sucre raffiné importé afin, dit-il, d’atténuer ’’l’effet de la hausse combinée du coût du fret maritime et des prix sur les marchés internationaux’’.

’’Pour atténuer l’effet de la hausse combinée du coût du fret maritime et des prix sur les marchés internationaux, suite à la demande du ministre de la Commerce et des Pme, je vous instruis de suspendre, du 30 août au 15 octobre 2021, l’application de la taxe conjoncturelle sur le sucre raffiné importé’’, écrit Abdoulaye Daouda Diallo dans une note de service.

La Taxe Conjoncturelle à l’Importation (TCI) ’’vise à amortir les effets des variations erratiques des prix internationaux de certains produits sur la production nationale et à contrecarrer les pratiques déloyales’’, indiquent les douanes sénégalaises sur son site.

’’La TCI est perçue à l’occasion d’importations de sucre fini destiné à la consommation courante, lorsque la valeur CAF (Coût/assurance/fret) de ce produit est inférieure au prix de déclenchement (fixé par la Commission de l’UEMOA)’’, ajoute la même source.

Les prix des denrées de première nécessité sont en hausse sur le marché et les consommateurs se plaignent également de la rareté du sucre.

Une réunion du Conseil national de la consommation se tient ce mardi au CICES sous la présidence du ministre du Commerce et des PME.

En conférence de presse, lundi, l’Association des commerçants et industriels du Sénégal (ACIS) a accusé l’Etat d’être ’’le seul responsable’’ de la situation, déplorant le coût du fret maritime, la cherté des taxes portuaires et autres prélèvement de toute sorte.

À LIRE  COVID-19: Reprise du marché mondial de la noix de cajou

Concernant le sucre, le quotidien Témoin, mardi, rapporte que ’’presque 30 000 tonnes de sucre sont stockés actuellement dans les entrepôts de la Compagnie sucrière sénégalaise (CSS)’’.

Avec-APS