Treize des 20 maladies tropicales négligées (MTN) sont endémiques au Sénégal dont la population à risque ayant besoin de chimiothérapie préventive est estimée à 7 885 156 personnes, sur les 17 millions que compte le pays.

Voici la liste des maladies concernées :

  • La bilharziose, communément appelée schistosomiase, est une maladie parasitaire qui sévit dans les régions tropicales et subtropicales, principalement en Afrique.

Elle est provoquée par des vers parasites et peut causer une infection sévère et de lourds handicaps. La dengue ou “grippe tropicale’’ est une maladie transmise par la piqûre d’un moustique du genre aedes porteur de l’un des quatre virus de la dengue.

Il n’y a pas de transmission directe de personne à personne. Le virus de la dengue est un flavivirus, comme le virus West Nile et celui de la fièvre jaune.

  • La lèpre touche principalement la peau, les nerfs périphériques, la muqueuse des voies respiratoires supérieures ainsi que les yeux. Cette maladie infectieuse chronique est provoquée par le bacille mycobacterium leprae, acido-résistant et de forme allongée.
  • Le trachome, maladie extrêmement contagieuse, est la première cause évitable de cécité dans le monde.

Le trachome affecte presque toujours les deux yeux. Les symptômes de cette maladie se manifestent par une légère démangeaison et une irritation des yeux et des paupières. Ils peuvent évoluer jusqu’à entraîner une vision floue et des douleurs oculaires.

Les antibiotiques permettent de traiter un trachome à un stade précoce. Mais à un stade plus avancé, une intervention chirurgicale est nécessaire. L’accès à de l’eau propre et des conditions sanitaires adéquates sont essentiels pour prévenir la maladie.

  • La dracunculose est une infection à dracunculus medinensis dont les symptômes se manifestent par une lésion cutanée douloureuse et inflammatoire, contenant un ver adulte et parfois une arthrite invalidante.
  • La filariose lymphatique, communément appelée éléphantiasis, est aussi une maladie tropicale négligée. L’infection se produit lorsque les parasites filaires responsables de la maladie sont transmis à l’homme par des moustiques.
  • Les leishmanioses sont des maladies parasitaires provoquant des affections cutanées ou viscérales très invalidantes, voire mortelles si elles ne sont pas traitées.
À LIRE  LES PÊCHEURS DE MBOUR ACCEPTENT LE PROJET D’UN DEUXIÈME QUAI DE PÊCHE

Elles sont dues à différents parasites du genre leishmania, transmis par la piqûre d’insectes communément appelés phlébotomes.

  • L’onchocercose est une maladie des yeux et de la peau dont les symptômes sont liés à des microfilaires qui se déplacent dans les tissus sous-cutanés, provoquant de violentes réactions inflammatoires lorsqu’ils meurent.

Les personnes infectées ressentent de fortes démangeaisons et présentent des lésions cutanées.

  • La rage, contagieuse et mortelle, est une maladie causée par un virus qui s’attaque au système nerveux des mammifères, y compris à celui des humains. Ce virus se transmet généralement par la salive d’un animal domestique ou sauvage infecté lors d’une morsure ou par une griffure.
  • Les géohelminthiases sont dues à différentes espèces de vers parasites et se transmettent par des œufs présents dans les excréments humains, qui contaminent les sols là où les conditions d’assainissement sont insuffisantes. Environ 1,5 milliard de personnes dans le monde sont atteintes par des géohelminthiases.

La gale humaine, affection contagieuse de la peau, se transmet le plus souvent par contact humain direct.

Elle est due à un parasite acarien, le sarcopte, qui pénètre la couche superficielle de la peau. Cette maladie s’observe à tous les âges, dans toutes les populations et dans tous les milieux socio-économiques.

  • Le mycétome est une infection chronique, évolutive due à des champignons ou à des bactéries, qui atteint les pieds, les membres supérieurs ou le dos.

Ses symptômes comprennent une tuméfaction et la formation des fistules.

Le diagnostic est clinique, confirmé par l’examen microscopique des exsudats et de la culture. Le traitement comprend des produits antimicrobiens, une mise à plat chirurgicale et parfois une amputation.