Le ministre sénégalais de l’Économie, du Plan et de la Coopération (MEPC), Amadou Hott, et le vice-ministre coréen des Affaires Étrangères, Jung Kun Choi, ont réitéré, mardi, la volonté des deux pays de renforcer leur coopération bilatérale.

Selon le communiqué de la cellule de communication du MEPC parvenu à l’APS, Amadou Hott et le chef de la diplomatie coréenne, entourés de leurs collaborateurs respectifs, ont pendant un tour d’horloge, échangé sur le bilan et les perspectives de cette collaboration.

’’Notre coopération bilatérale est à renforcer, notamment dans la promotion du secteur privé’’, a déclaré Hott, dont les propos ont été rapportés par le document parvenu à l’APS.

Il a assuré que la Corée du Sud demeurait un partenaire crédible, ayant des relations très cordiales avec le Sénégal.

’’Votre façon de conduire les affaires est pour nous à copier, au fur et à mesure que se poursuivra notre coopération’’, a indiqué le ministre sénégalais de l’Economie.

De son côté, le vice-ministre coréen a insisté sur le fait que le Sénégal était une destination très attractive pour la Corée.

Des axes de la coppértion bilatérale ont également été évoqués par les deux officiels, dans la domaines les domaines prioritaires d’intervention de la KOICA au Sénégal, notamment l’agriculture, l’éducation et l’hydraulique rurale avec des financements par projet tournant autour de cinq à dix millions de dollars, a-t-on appris par la même source.

A ces domaines de coppération s’ajoute le programme de volontaires sud-coréens qui a permis l’envoi de plusieurs experts de ce pays au Sénégal, rappelle le document.

Concernant ’’les prêts concessionnels qui se font à travers EDCF, le document également état des ’’principales opérations’’ déjà ’’clôturées avec la Corée du Sud’’.

À LIRE  Covid-19: 05 décès ET 52 nouveaux cas

Il s’agit principalement du ’’projet d’infrastructures TIC qui a été mis en œuvre au Sénégal à travers l’Agence de l’Informatique de l’Etat (ADIE).’’

’’Ce projet a bénéficié d’un financement de vingt-cinq (25) millions de dollars US de la Corée et a permis, notamment, de mettre en place, avec l’appui de l’entreprise coréenne Taihan Electric Wire Co. Ltd, un réseau d’accès internet pour intégrer plusieurs services de l’Etat.

Il en est de même du ’’projet d’infrastructures et d’équipements maritimes, d’un coût global de près de 30 milliards de FCFA’’, lequel a permis de ’’renforcer la desserte maritime Dakar-Ziguinchor’’, grâce à l’’’acquisition de deux bateaux (AGUENE et DIAMBOGNE, capables de transporter chacun 200 personnes, réceptionnés en décembre 2014.’’

A en croire à la cellule de communication du MEPC, ’’un certain nombre projets financés par la KOICA sont actuellement en cours.’’

Il s’agit notamment de ’’la première phase du projet d’Amélioration du Système d’Approvisionnement en Eau Potable au Sénégal dont le coût est de deux milliards sept cent cinquante millions de francs CFA.’’

Au menu des projets en cours, figurent la construction et l’équipement de l’Institut Supérieur d’Enseignement Professionnel (ISEP) de Diamniadio, pour un montant de 9 millions de dollars, en cofinancement avec la Banque Mondiale.

Dans le cadre de l’amélioration de la productivité de l’agriculture à travers la culture de l’oignon et du riz, la Corée du sud a doté au secteur, ‘’une subvention d’un montant d’environ un milliard cinq cent millions de francs CFA’’, sous l’exécution de l’Institut Sénégalais de Recherches Agricoles (ISRA).

S’agissant des prêts, le communiqué indique que ’’le Projet d’infrastructures et d’equipements maritimes (MIEP II) a bénéficié d’un financement de EXIMBANK Corée de quatre-vingt-huit millions (88 000 000) de dollars, soit environ quarante-quatre milliards de francs CFA.’’

À LIRE  MACKY SALL DEMANDE L’INTENSIFICATION DES ACTIONS DE RÉGULATION DES LOYERS

’’Ce Projet qui vient renforcer les acquis de la première phase est composé de trois volets’’ que sont l’’’acquisition d’une Drague d’une capacité de 400m3/h, l’acquisition de navires de soutien à la Dragage et la construction d’une unité de zone de stockage d’hydrocarbures avec embarcadère et un système de chargement et de déchargement dans le port de Ndakhonga, d’après le texte.