L’analyse des prélèvements montre une présence du très contagieux variant Delta de l’ordre de 70%, a indiqué la présidente du Comité national de gestion des épidémies (Cnge), Dr Marie Khémesse Ngom Ndiaye, s’inquiétant de l’augmentation des contaminations qui n’épargnent pas les enfants.

«Les laboratoires nous ont signifié que sur 100 prélèvements aujourd’hui, nous n’avons presque plus les autres variants. Mais nous avons pour 70% la présence du variant Delta», a-t-elle déclaré à la fin de la réunion hebdomadaire du Comité national de gestion des épidémies (Cnge). «Nous avons toujours suivi la situation épidémiologique, mais ce qui est aujourd’hui inquiétant c’est l’augmentation des nouveaux cas de contamination avec l’apparition du variant Delta», a-t-elle souligné.

Dr Marie Khémesse Ngom Ndiaye a rappelé «la virulence de cet agent pathogène et sa vitesse de contamination». Elle ajoute : «Nous restons encore inquiets concernant le nombre de cas qui va en s’accélérant, mais également le nombre de cas graves de ce matin (hier), 60 cas avec quinze décès.» Selon elle, «il y a une tension qui continue sur les lits même si l’oxygène est là, nous avons encore un personnel de santé qui est atteint jusqu’à avoir donc des décès». «Il y a cette inquiétude, cette angoisse, mais nous continuons à rassurer parce que les moyens sont là même s’ils restent parfois limités, car il y a l’engagement de tout un chacun aussi bien du personnel technique que du côté du gouvernement sénégalais», a noté la directrice de la Santé.

Concernant le profil des personnes contaminées, elle a fait état d’une «atteinte notoire de la tranche d’âge de vingt-cinq à trente-quatre ans jusqu’à l’ordre de 21%, trente-cinq à quarante-quatre ans jusqu’à l’ordre de 19%». «Ce qui fait donc qu’on a sur la tranche extrêmement jeune une atteinte de l’ordre 40%. Mais nous avons du côté du genre féminin près de 54% atteints dans la tranche jeune», a-t-elle ajouté.

À LIRE  anacim: La quasi-totalité du pays sous la pluie et les orages

Une «particularité» notée dans les centres depuis deux à trois jours, la présence «d’enfants qui sont atteints, de tout-petits enfants, de neufs ans à peu près», a relevé Mme Ndiaye. «Nous continuons l’investigation de toutes les structures opérationnelles, mais malheureusement nous avons également de ce côté des décès», a-t-elle déploré.

S’agissant de la vaccination, elle a souligné «un engouement, surtout au niveau de Dakar et une extension des sites de vaccination». «Mais quand on a fait une analyse plus profonde, nous nous rendons compte qu’il y a également des régions qui ne sont pas sur la ligne d’arrivée et nous voulons une immunité générale au niveau du Sénégal», a-t-elle dit.

Avec-APS