Au Sénégal, un Data Center de l’État à Diamniadio a été inauguré mardi 22 juin, près de Dakar.

L’infrastructure, présentée comme un « outil de souveraineté numérique », va permettre de stocker les données de l’administration, et celles du secteur privé. Une « révolution » selon les autorités, notamment pour faciliter la dématérialisation des démarches administratives. Un projet qui fait partie du Plan Sénégal Émergent, réalisé avec la coopération chinoise.

Mise en œuvre par l’Agence De l’Informatique de l’État (ADIE), dans le cadre du programme «Smart Sénégal», cette infrastructure de stockage et d’hébergement se veut le gardien de la mémoire de l’Administration sénégalaise et permettra d’accélérer l’essor de l’économie numérique. A travers ce Data center, le Sénégal entend assurer la sécurité et la réduction des coûts d’hébergement des données de l’Etat, mais également de ceux des entreprises du secteur privé notamment des start-ups.

Avec plus de 1000 m2 de salles techniques et 1,4 MW de puissance, l’Etat a aménagé dans l’enceinte de ce centre de données nationales, deux espaces de 250 m² respectivement pour l’administration et le secteur privé national et international.

Dans son allocution, le Président Macky Sall a instruit le gouvernement et toutes les structures de l’Etat à faire héberger, dorénavant l’ensemble des données et plateformes de l’État dans cette infrastructure aux normes et de procéder à la migration rapide des données hébergées à l’étranger ou ailleurs dans l’Administration, dans des locaux non conformes aux standards internationaux.

À LIRE  Le Parti démocratique sénégalais se prépare pour les Locales de janvier 2022

Présenté comme le socle de la souveraineté des données du pays, selon Cheikh Bakhoum, le Data center de Diamniadio est une des plus grandes infrastructures de stockage et d’hébergement de données d’Afrique de l’Ouest. « Ce Datacenter est le lieu d’impulsion de la transformation digitale du Sénégal : il est connecté à la fibre optique de l’Etat qui maille le territoire national en 6 000 km mais aussi au câble sous-marin dont l’arrivée est prévue en fin 2021 et qui va renforcer la capacité internet de notre pays avec plus de 100 Gb/s extensible en 16 Tb/s», a-t-il expliqué.

Un projet qui va simplifier la vie des citoyens et des entreprises, selon le président Macky Sall : « Il faut que toute l’administration soit connectée. J’instruis en conséquence le gouvernement à faire désormais à faire héberger par le Data Center l’ensemble des données et plateformes de l’État »

À l’extérieur, des militants dépêchés par les partis politiques de la majorité applaudissent, même si pour certains, l’intérêt du Data Center reste assez obscure. « À quoi ça va servir ? Vraiment, je n’en ai aucune idée. » « On est tous fiers, parce que les données personnelles, c’est personnel ! »

Le président a également rendu hommage à la Chine, partenaire de ce projet. Mais l’expression même de « souveraineté numérique » pose question, souligne un spécialiste du secteur, alors que le Data Center est équipé par le groupe chinois Huawei, soupçonné d’« espionnage » par les États-Unis.