Le ministre du Tourisme et des Transports aériens, Alioune Sarr, a réaffirmé l’ambition du Sénégal de porter à 10 millions le nombre de passagers à l’aéroport international Blaise Diagne en 2035, contre 5 millions de voyageurs attendus en 2023.

“L’objectif global que nous avons, pour la relance du tourisme et des transports aériens, c’est de faire de Dakar le premier hub aérien sous-régional, avec un accroissement significatif du trafic passant de cinq millions en 2023 à dix millions de passagers en 2035, tout en maintenant un très haut niveau de sécurité et de sûreté”, a-t-il notamment insisté.

Il présidait, à Saly-Portudal (Mbour, ouest), le démarrage des travaux d’un atelier de partage avec les partenaires sociaux sur le plan stratégique hub aérien et touristique 2021-2025 et sur le pacte de stabilité sociale.

“Avec une croissance des passagers de 30%, il faut créer un véritable hall aéronautique autour de l’académie des métiers de l’aviation civile. On sait que ce n’est pas normal qu’un aéroport sous-régional comme l’aéroport international Blaise Diagne (AIBD) soit là avec plus de 200 ha disponibles et qu’il ne soit pas en mesure de mobiliser le secteur privé pour la création d’hôtels à l’image d’autres pays”, a regretté le ministre.

“On ne peut pas empêcher quelqu’un de prendre du crédit, mais je tiens à dire que le gouvernement a mis à la disposition du tourisme 50 milliards de francs CFA et 25 milliards de francs CFA pour le transport aérien”, a-t-il précisé.

A l’intention du directeur général de l’AIBD, Doudou Kâ, il a souligné l’importance de mettre en œuvre le “chronogramme clair et précis” validé par le président de la République en Conseil des ministres.

À LIRE  COVID-19 : L’UNICEF OFFRE DU MATÉRIEL D’HYGIÈNE AU MINISTÈRE DE LA SANTÉ

“Nous nous sommes fixés comme objectif que d’ici le mois de décembre, les travaux du centre de maintenance et de l’académie des métiers de l’aéronautique démarrent”, a-t-il déclaré.

Et d’ajouter : “Nous ne pouvons plus accepter des délais aussi longs pour la mise en œuvre des projets, parce que le monde ne nous attend pas et que tout pays accusant du retard dans la mise en œuvre des projets sera laissé en rade.”

Il a rappelé l’enveloppe de 75 milliards de francs CFA que le gouvernement a allouée au tourisme et aux transports aériens.

“C’est un montant sans précédent dans l’histoire du pays”, a relevé le ministre du Tourisme et des Transports aériens.

Avec-APS