« La pêche illicite, non déclarée et non réglementée (INN) est l’un des fléaux qui gangrènent notre secteur. D’après les études de la FAO, au moins nous perdons 150 milliards de FCFA par année contre la pêche INN », a déclaré le Secrétaire général du ministère des Pêches et de l’Économie maritime qui la présidé de lancement du projet de gouvernance des pêches visant le renforcement de la lutte contre la pêche illicite non déclarée et non réglementée au Sénégal à travers l’amélioration de la gouvernance et de la transparence de la pêche.

Le ministère des Pêches et de l’Économie maritime du Sénégal, à travers la Direction de la Protection et de la Surveillance des Pêches (DPSP), en collaboration avec le Partenariat Régional pour la Conservation de la zone côtière et Marine en Afrique de l’Ouest (PRCM), et les partenaires Environnemental Justice Foundation (EJF) et Trygg Mat Tracking (TMT), s’engage à œuvrer dans le cadre du projet « Gouvernance des Pêches au Sénégal-GPS »

Le projet vise à renforcer efficacement et durablement la capacité du Sénégal à lutter contre la pêche illicite, non déclarée et non réglementée (INN) notamment en améliorant la transparence dans le secteur de la pêche et le renforcement des capacités des parties prenantes présentes dans le pays.

Le Sénégal perd 150 milliards par an à cause de la pêche illicite 1

Matar Diallo, Secrétaire général du ministère des Pêches et de l’Économie maritime qui a présidé l’atelier affirme que la pêche non déclarée et non réglementée “est l’un des fléaux qui gangrènent notre secteur. D’après les études de la FAO, au moins nous perdons 150 milliards de FCFA par année contre la pêche illicite, non déclarée et non réglementée”, a déclaré M. Diallo.

À LIRE  Covid-19: La CEDEAO commande 240.000 kits de diagnostic

D’après le Secrétaire général, le Gouvernement a compris toute l’importance de la question et a pris des mesures draconiennes pour lutter, à travers les mesures comme le renforcement du dispositif juridique des sanctions.
“Les sanctions qui sont prévues en matière de pêche INN. Si c’est un navire étranger la sanction minimale est de 500 millions; ça peut aller jusqu’à 1 milliard de FCFA et en cas de récidive, on peut aller jusqu’à la confiscation du navire”, a-t-il précisé.

“Le Chef de l’Etat a fait acquérir au Sénégal un avion dédié spécifiquement au secteur de la pêche et la réception de 6 vedettes, pour la surveillance de nos mers. Il y a l’acquisition de plusieurs patrouilleurs au niveau de la marine”, a fait savoir Mactar Diallo.

De son côté, le Dr Ahmed Senhoury, Directeur du Partenariat Régional pour la Conservation de la zone côtière et Marine en Afrique de l’Ouest (PRCM) a défini le rôle de son organisation dans le combat contre les pêches INN. “Nous sommes censés faciliter la mise en œuvre. Le projet lui-même a pour objectif d’appuyer les acteurs du Sénégal, notamment les acteurs gouvernementaux à mettre en œuvre les politiques décidées dans le domaine de la transparence et de lutte contre la pêche INN”, a-t-il dit.

Avant d’ajouter que “le Sénégal a pris des engagements. D’importants engagements que les autorités sont en train de mettre en œuvre. Et le gouvernement prépare actuellement le Conseil présidentiel sur la Pêche. Tout ça pour dire que le secteur de la pêche est important et que nous, on vient en appui pour lutter contre la pêche INN et la promotion de la transparence”.

À LIRE  Sénégal: 65% des entreprises sont affectées par la covid-19, mais la situation impactera peu les assurances

Le budget du projet est financé par la Fondation Ocean 5 à hauteur de 1 163 944 dollars ( un million cent soixante trois mille neuf cent quarante quatre dollars), soit plus de 645 millions de francs CFA pour une durée de 3 ans.