Le chef de l’Etat Macky Sall a encore abordé la question de la régulation des médias et réseaux sociaux. Ce, lors la cérémonie d’ouverture de l’Assemblée générale des régulateurs de l’audiovisuel des Etats membres de l’UEMOA et de la Guinée. Les points saillants de son discours.

Le président sénégalais Macky Sall a invité ce jeudi les professionnels de la presse à assainir et à organiser davantage leur secteur.

Ouvrant l’Assemblée générale de la plateforme des régulateurs de l’audiovisuel des pays membres de l’Union économique monétaire Ouest-africaine (UEMOA) et de la Guinée, le président sénégalais a estimé que la profession (des médias) est agressée par les non professionnels qui sous le couvert de la liberté de la presse charrient les contre-valeurs.

Selon lui, les autres corps ont des ordres et tout le monde ne peut pas s’ériger en professionnels des médias, alors que vous parlez à des milliers de personnes voire des millions.

“Sans qualification, il n’y a rien de plus dangereux pour la société. Il y a la nécessité d’avoir une régulation”, a suggéré le président sénégalais.

Il a souligné que “réguler n’est pas la censure”, mais le droit et la liberté de vivre et de s’épanouir dans le respect du droit et de la liberté.

“Entre les deux, il ne peut pas y avoir de rapports verticaux, mais de rapports horizontaux et aucune catégorie socio-professionnelle n’est au-dessus des droits et libertés des autres”, a précisé le président Macky Sall.

À LIRE  campagne DE SENSIBILISATION SUR LES DANGERS DE LA DÉPIGMENTATION ARTIFICIELLE