SENELEC: Le Sénégal compte mettre en service progressivement une nouvelle centrale électrique d’une capacité de 120 mégawatts à partir de septembre prochain, pour résorber le gap dans la fourniture d’électricité au Sénégal, a-t-on appris du directeur général de la Société nationale d’électricité (Sénélec), Pape Demba Bitèye.

’’Cette centrale qui a une puissance de 120 mégawatts” sera intégrée au réseau de la SENELEC, “à partir du mois de septembre prochain, avec une mise en service progressive’’, a précisé M. Bitèye lors d’une visite de chantiers d’électrification rurale dans le département de Mbour.

La mise en service de cette nouvelle centrale électrique va consacrer “la matérialisation” de l’ambition des pouvoirs publics consistant à fournir une énergie électrique “de qualité” et à “moindre coût. Une énergie électrique en quantité pour l’ensemble des Sénégalais’’, a expliqué Pape Demba Bitèye.

Selon le DG de la SENELEC, cette centrale pourra fonctionner au gaz domestique dès que le Sénégal en disposera, selon le procédé du ’’Gas-To-Power’’, ce qui induirait une réduction des coûts de production.

’’C’est une centrale ultramoderne avec la particularité que pour la première fois, SENELEC détient 15% de cette centrale et siègera au sein du conseil d’administration en tant qu’actionnaire”, a-t-il souligné.

Dans un premier temps, cette centrale fonctionnera au fiel lourd et quand le gaz domestique sera disponible, elle pourra fonctionner à partir de cette source d’énergie, a insisté Pape Demba Bitèye.

La nouvelle unité installée dans la commune de Malicounda, à Mbour, se veut un exemple de partenariat entre l’État et les promoteurs privés étrangers, selon Samy Soughayar, directeur général du groupe MATELEC, qui a réalisé cette centrale.

À LIRE  LE SÉNÉGAL, "UN EXEMPLE STIMULATEUR DE STABILITÉ POLITIQUE", selon maep

Elle est attendue pour contribuer à l’amélioration de la distribution de l’énergie électrique au Sénégal, en en facilitant l’accès pour les populations sénégalaises, a-t-il dit.

Selon Samy Soughaya, la SENELEC a demandé “exceptionnellement” de commencer “à mettre des groupes en fonction progressivement. Ce que nous allons faire à partir de septembre prochain”, a-t-il annoncé.

La ministre du Pétrole et des Energie a pour sa part insisté sur l’option prise par les pouvoirs publics de faire appel au secteur privé pour répondre aux besoins des populations en matière d’électrification, ce qui a conduit au “bond énorme’’ réamlisé par ce secteur.

Le secteur privé a consenti dans ce domaine des efforts importants “pour que toutes les communes du pays soient couvertes’’, a indiqué Mme Gladima.

Pour ce qui est de l’harmonisation des tarifs, il assure que les autorités sénégalaises travaillent pour “un même tarif partout au Sénégal”, que ce soit pour l’électricité fournie par les privés que dans les autres zones couvertes par la SENELEC.

Avec-APS