La plupart des musulmans du Sénégal célèbrent ce jeudi l’Aïd el-Fitr, la fête marquant la fin du ramadan, le mois du jeûne.

D’autres fidèles ont sacrifié à cette tradition islamique, mercredi, sous l’égide de la Coordination des musulmans du Sénégal, qui a assuré que la lune avait été aperçue au Mali, au Niger, en Côte d’ivoire et dans d’autres pays.

Cette fête est l’une des plus importantes célébrations du calendrier musulman. Comme le début du ramadan, elle commence avec l’observation de la nouvelle lune. Cette année, la prière collective de la Korité – comme on l’appelle également au Sénégal – a repris de plus belle dans les mosquées.

L’année dernière, l’Aïd el-Fitr a eu lieu pendant l’état d’urgence décrété par le président de la République pour réduire les risques de propagation du Covid-19.

Certaines autorités religieuses avaient ordonné le maintien de la fermeture des mosquées à cause de la pandémie de coronavirus, même si les autorités gouvernementales avaient donné la permission de les rouvrir. Cette année, l’Aïd el-Fitr coïncide avec l’Ascension, la fête chrétienne célébrée le quarantième jour après Pâques.

En Conseil des ministres, mercredi, le président de la République, évoquant cette coïncidence, a souligné la nécessité de ‘’consolider en permanence’’ le dialogue interreligieux au Sénégal.

Macky Sall a adressé ses ‘’chaleureuses félicitations à la communauté chrétienne’’. ‘’La célébration de ces deux fêtes marque un symbole du dialogue interreligieux, qu’il convient de consolider en permanence’’, a dit le chef de l’Etat dont les propos sont rapportés dans le communiqué du Conseil des ministres.

Macky Sall a ‘’présenté ses meilleurs vœux à la oumah (communauté) islamique.

À LIRE  COVID-19/SÉNÉGAL: 74 NOUVELLES CONTAMINATIONS ET 6 DÉCÈS

A l’étranger, l’Aïd el-Fitr survient dans un contexte très tendu, marqué par des affrontements entre Israéliens et Palestiniens. Une soixantaine de personnes ont été tuées dans les heurts et des centaines de blessés ont été dénombrés.

Des organisations ont condamné l’occupation par l’armée israélienne du quartier Cheikh Jarrah et de la mosquée al-Aqsa (Jérusalem), l’un des principaux lieux saints de l’islam.