La FAO et le Fonds de financement de la formation professionnelle et technique t ont signé un accord de partenariat relatif au Programme d’accélération du modèle d’insertion des jeunes agripreneurs. Il vise la formation de 15 840 jeunes dans les filières avicole, horticole, piscicole et en élevage ainsi que la création de 5000 entreprises pour un coût total estimé à 1,8 milliard de FCfa.

Poursuivant son ambition d’atteindre l’autosuffisance alimentaire, le Sénégal veut également faire chuter les chiffres du chômage des jeunes par la promotion des métiers agricoles. Un projet qui a vu la création des centres et programmes de formation, à l’instar de celui soutenu par la FAO.

L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et le Fonds de financement de la formation professionnelle et technique (3FPT) du Sénégal ont signé un accord de coopération dans lequel l’organisation onusienne va apporter son soutien et son accompagnement au gouvernement sénégalais dans ses efforts de promotion rapide de l’emploi et de l’employabilité des jeunes hommes et femmes dans les métiers de l’agriculture.

L’accord entre dans le cadre du Programme d’accélération du modèle d’insertion des jeunes agripreneurs (MIJA) qui promeut l’entrepreneuriat agricole dans le pays. 15 840 jeunes sénégalais recevront à cet effet des formations dans les filières telles que l’aviculture, l’horticulture, la pisciculture et l’élevage.

« La mise en œuvre de cet accord de partenariat va nous permettre de former et d’insérer plus de 15 000 jeunes femmes et hommes, et de mettre en place tous les mécanismes d’accompagnement et d’encadrement au sein des plateformes MIJA, des initiatives hors plateformes et des établissements de formation technique et professionnelle (EFPT) pour garantir la durabilité des emplois qui seront créés », a indiqué Gouantoueu Robert Guei,, représentant de la FAO au Sénégal.

À LIRE  COVID-19 : LE DISTRICT SANITAIRE DE MBOUR FORME 114 AGENTS

En plus d’apporter son expertise en matière agricole, l’appui de la FAO sera également financier. Elle va apporter une partie des 3 millions de dollars nécessaires pour la mise en œuvre des activités de formation et d’accompagnement dans le cadre du partenariat.

Cette collaboration s’inscrit dans un contexte où le gouvernement sénégalais multiplie les efforts pour attirer les jeunes vers l’agriculture, qualifiée comme un secteur porteur d’emploi. Ainsi, une autre composante du programme va consister à l’incubation de plus de 5000 jeunes à travers les plateformes intégrées et la création de 5000 entreprises avec l’appui des collectivités territoriales. L’objectif est de promouvoir la création de nouveaux emplois.

Avec la covid-19, les chiffres du chômage des jeunes sont en hausse. En multipliant des initiatives dans le secteur agricole, le pays espère atteindre son ambition d’autosuffisance alimentaire tout en augmentant l’employabilité des jeunes. Dans cette même logique de la promotion des métiers agricoles, le gouvernement a inauguré début avril un centre de formation dédié aux métiers du machinisme agricole.

Avec Agence