Le ministre de la Santé et de l’Action sociale, Abdoulaye Diouf Sarr, a réitéré, vendredi, l’option des autorités sénégalaises de faire de Dakar un hub sanitaire pour la sous-région, assurant que la voie allant dans ce sens avait déjà été tracée.

’’Dakar comme hub, point de rencontre en matière de santé, qui attire le flux en matière de tourisme médical, oui c’est ce que nous voulons pour notre capitale et la voie est déjà tracé dans ce sens avec tous les efforts faits dans le secteur depuis 2012’’, a-t-il déclaré lors d’une conférence organisée dans la capitale sénégalaise.

DIOUF SARR : ‘’LA VOIE EST TRACÉE POUR FAIRE DE DAKAR UN HUB SANITAIRE’’ 1
Le ministre de la Santé et de l’Action sociale, Abdoulaye Diouf Sarr

Diouf Sarr ouvrait notamment à la Chambre de commerce d’industrie et d’agriculture de Dakar (CCIAD) un cycle de conférences organisé par l’institut supérieur d’enseignement Sup De Co sous l’appellation ‘’les vendredis de Sup de Co’’.

Devant de nombreux étudiants, le ministre de la Santé et de l’Action sociale a rappelé qu’énormément de choses étaient en train d’être réalisées dans le domaine des infrastructures, du relèvement du plateau technique et du recrutement de personnels spécialisés afin de traduire cette objectif en acte.

’Dakar hub sanitaire comme question mérite une réponse et amène à camper le décor en donnant l’information sur la variation exponentielle des efforts faits par le chef de l’Etat depuis 2012’’, a t-il souligné dans un exposé de près d’une heure.

Pour Diouf Sarr, cette problématique convoque une réponse positive, traduisant une ambition, voire une vision pour faire de Dakar un Hub médical.

Revenant sur les réalisations faites depuis 9 ans, il a soutenu que les lignes avaient beaucoup bougé à travers un budget de l’Etat consacré à la santé qui est passé de 14 milliards en 2012 à 216 milliards de francs en 2021.

À LIRE  DES FEMMES DE L’OPPOSITION DÉNONCENT L’ARRESTATION DE MILITANTES DE PASTEF

Il a cité parmi les réalisations à l’actif du gouvernement du président Macky Sall la mise en place de trois imageries par résonnance magnétique (IRM) dans les hôpitaux de Fann, Dalal Jamm et Principal et l’acquisition de 28 scanners, 55 tables numériques, 510 ambulances médicalisées.

Les hôpitaux Principal et Dalal Jamm seront transformés en structures sanitaires de niveau 4 où toutes les maladies seront prises en charge, a assuré le ministre de la Santé.

Il a de nouveau affirmé que le Sénégal était en passe de se lancer dans la procréation médicalement assistée et la greffe de maladies osseuse tout en comptant sur l’acquisition de trois accélérateurs de particules pour faire de la radiothérapie.

Il a insisté sur le fait que le Sénégal s’était déjà doté de la logistique et du plateau technique pouvant lui permettre d’attirer un flux important en termes de plateau médical, d’autant plus que la première fois de l’histoire du pays, un gouvernement réalise en même temps quatre hôpitaux de dernière génération.

Le ministre de la Santé en veut pour preuve l’inauguration prochaine par le chef de l’Etat des hôpitaux de Kaffrine et Touba (centre), Kédougou (Est) et Sédhiou (Sud).

Abdoulaye Diouf Sarr est également revenu sur l’option du gouvernement sénégalais d’investir dans le traitement du cancer dans la mesure où il n’y avait pas encore un hôpital spécialisé dans la prise en charge intégrale de cette maladie dans le pays.

Cela a justifié, a-t-il fait remarquer, l’érection prochaine d’un Centre national d’Oncologie à Diamniadio (département de Rufisque), présenté comme le plus avancée dans la sous-région en matière de traitement du cancer pour un financement de 45 milliards de francs de l’Etat du Sénégal.

À LIRE  Macky SALL avance une nouvelle date POUR LE DÉMARRAGE DU TER

Expliquant le choix porté sur le ministre de la Santé pour coomuniquer sur le thème du ‘’Relèvement du plateau médical : Dakar hub sanitaire pour la sous- région ?, l’adjoint du directeur de Sup de Co, Abdoul Aziz Sy, a dit qu’il s’agissait d’offrir l’opportunité aux étudiants d’échanger avec l’une des personnalités sur le pont depuis le début de la crise sanitaire.

’’La pandémie a permis tirer plusieurs leçons dont la principale était la nécessité d’améliorer le plateau médical. Cette conférence devrait permettre aux étudiants de faire le lien entre l’économie et la santé notamment avec la crise sanitaire dûe à la pandémie de Covid-19’’, a-t-il fait valoir.