Au Sénégal, le Projet pour la promotion de la gestion intégrée et de l’économie des déchets solides (Promoged) démarre enfin. Les travaux seront lancés le 6 mai 2021 sur le site de la décharge de Mbeubeuss, situé près de la capitale sénégalaise Dakar.

Améliorer la gestion des déchets solides de six millions d’habitants au Sénégal. C’est l’objectif du Projet pour la promotion de la gestion intégrée et de l’économie des déchets solides (Promoged), qui sera lancé le 6 mai 2021 sur le site de la décharge de Mbeubeuss. Cette installation située près de Dakar reçoit les déchets de quelque 3 millions d’habitants de la capitale sénégalaise. Des déchets, qui représenteraient 80 % des ordures produites au Sénégal. Macky Sall, le président de la République du Sénégal présidera le lancement du Promoged.

Le projet aboutira à la création de sept centres d’enfouissement techniques, de points de regroupement normalisés, et de centres de tri et de transfert de déchets solides. Le projet contribuera également à la fermeture ou la réhabilitation de quelques décharges au Sénégal, avec un impact direct sur le climat à travers l’atténuation des émissions de CO2.

L’Unité de coordination et de gestion des déchets solides (UCG) mettra en œuvre le Promoged. L’organisme public, dirigé depuis 2020 par Mass Thiam met en place des infrastructures aux normes, gère le nettoyage, la collecte et le transport des déchets, ainsi que la mobilisation sociale. L’UCG conduit également l’élaboration de la stratégie nationale de gestion des déchets et le renforcement des capacités des communes sénégalaises.

La mobilisation de 295 millions de dollars
Le Promoged coûtera près de 295 millions de dollars. Les fonds proviendront de la Banque mondiale, de l’Agence française de développement (AFD), de l’Agence espagnole pour la coopération internationale au développement (AECID) et de la Banque européenne d’investissement (BEI).

À LIRE  HYDROXYCHLOROQUINE : LES ARGUMENTS DES MÉDECINS SÉNÉGALAIS

Outre la réduction de la pollution, le Projet pour la promotion de la gestion intégrée et de l’économie des déchets solides favorisera le développement de l’économie circulaire au Sénégal. En 2019, le pays d’Afrique de l’Ouest a produit plus de 4 millions de tonnes de déchets, selon l’UCG.