Loin des projecteurs politiques depuis quelques semaines, Ousmane Sonko le leader du parti des Patriotes du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité (PASTEF) a fait sa réapparition à travers un entretien pour se prononcer sur la situation du pays.

Ousmane Sonko, sans détours dans cet entretien sur la chaîne Youtube du parti Pastef, Jotna Tv, n’a rien laissé au hasard. De la situation judiciaire à celle politique, le député Ousmane Sonko a abordé tous les sujets d’actualité.

Ousmane Sonko était sans détours dans cet entretien diffusé sur la chaîne Youtube du parti Pastef, Jotna Tv. Le leader du Pastef n’a rien laissé au hasard. De la situation judiciaire à celle politique, le député Ousmane Sonko a abordé tous les sujets d’actualité.

Commençant par la situation que le pays a traversée ces dernières semaines, Ousmane Sonko estime que c’est une victoire qui revient au peuple sénégalais. “Le peuple ne nous doit plus rien. Nous ne sommes pas dans la politique pour survivre mais pour changer la marche du pays. Depuis plus de 6 ans nous sommes en train de nous donner à fond, pour que le pays change de direction. Nous, en tant que classe politique, nous devons tirer des leçons par rapport à la posture du peuple face aux événements passés. Nous n’avons jamais œuvré pour la démagogie. La politique que nous avons vue pendant toutes ces années doit cesser. Les sénégalais n’ont pas besoin de tout cela” explique ainsi, le leader de Pastef démontrant que les leçons de ces événements doivent être bien saisies.

À LIRE  covid-19/sénégal: 8 nouveaux cas, 1 décès et 5 nouvelles guérisons

Poursuivant, Ousmane Sonko précise : “Dans ce pays, nous n’avons plus besoin d’alternance, mais d’un changement catégorique de système. L’ère des alternances doit etre révolue car, nous l’avons vécu à plusieurs reprises et cela n’a rien résolu. Nous devons donc laisser la politique de côté et travailler pour l’intérêt des sénégalais. Ces milliers de citoyens ont confiance en notre discours et notre comportement. La personne de Ousmane Sonko n’a pas d’importance, mais l’espoir dans le discours est une réalité”.