Les avocats de la société Dahaico SARL, dirigée par un Chinois, au coeur d’une affaire de saisie de faux médicaments, ont menacé de poursuivre en justice toute personne physique ou morale impliquée dans des faits de diffamations ou de dénonciation calomnieuse, dans un communiqué signé de Mes Elhadji Diouf, et Bamba Cissé et autres.

« Le lynchage médiatique dont sont victimes les mis en cause, alors même que la procédure n’est qu’à sa phase d’enquête, constitue une grave violation de la présomption d’innocence et des droits de La Défense », fulminent Mes Bamba Cissé, Amadou Aly Kane et Cie.

La défense soutient se réserver, par conséquent, « le droit de poursuivre toute personne physique ou morale impliquée dans des faits de diffamation ou de dénonciation calomnieuse qui ont été commis aux dépens d’un honnête citoyen et des étrangers qui ont décidé d’investir légalement dans notre pays ».

« L’administration douanière a blanchi les mis en cause du délit de contrebande »

Apportant des précisions dans le fond, les avocats de la défense précisent que contrairement à ce qui est avancé, « aucun délit de contrebande » ne peut être imputé à leurs clients puisque, disent-ils, la société Dahaico Suarl, « régulièrement inscrite au RCCM, à jour de ses obligations fiscales, est habilitée à importer du matériel médical sous le contrôle des autorités sénégalaises et conformément aux lois du pays ».

D’ailleurs, soulignent Mes Bamba Cissé, Amadou Aky Kane et Cie, « l’administration des Douanes, par le biais d’un communiqué de presse du 16 avril 2021, a clairement affirmé qu’aucune infraction douanière ne peut être reprochée à la société DAHAICO SARL qui est bien connue de ses services, celle-ci disposant de toutes les autorisations requises délivrées par la Direction de la Pharmacie et du Médicament ».

À LIRE  Assemblée Nationale : Le budget 2021 du ministère de la femme connaît une hausse de 3.671.721.632 Francs CFA.

A les en croire, « en affirmant qu’il n’y a aucun délit de contrebande, l’administration des douanes a blanchi les mis en cause de ce chef, lesquels ont respecté toute la procédure d’importation des produits incriminés ».