Le gouvernement sénégalais va mettre sur pied une commission “indépendante et impartiale” pour établir toute la vérité sur les émeutes survenues début mars, qui ont fait une dizaine de morts, a annoncé jeudi le ministre des Forces armées, Sidiki Kaba.

Une commission d’enquête « indépendante et impartiale » sera mise sur pied après les manifestations qui ont secoué le pays début mars. Le gouvernement en a fait l’annonce jeudi 8 avril et a présenté son bilan des événements. Dans un mémorandum de 24 pages, il fait état de 13 morts durant les troubles. Des violences qui ont éclaté dans le sillage de l’affaire judiciaire impliquant Ousmane Sonko, l’opposant accusé de viol par une employée d’un salon de massage. Les autorités assurent que justice sera faite.

Le pays a été confronté début mars à des manifestations qui ont éclaté après l’arrestation de l’opposant Ousmane Sonko. Outre la dizaine de morts, elles ont fait des dizaines de blessés.

M. Kaba a indiqué que la création de cette commission s’inscrivait dans une dynamique de paix et d’apaisement afin que justice soit faite et que soient confortés l’Etat de droit et la volonté de vivre.

Face aux accusations d’organisations de la société civile et de partis politiques sur des violations massives des droits de l’Homme qui auraient été commises par le gouvernement, le ministre les a qualifiées d'”excessives”.

Selon lui, l’Etat sénégalais “n’a pas de leçon à recevoir” en matière de respect des droits de l’Homme. Celui qui a été autrefois président de la Fédération internationale pour les droits humains (FIDH) a assuré que le Sénégal était un Etat de droit où les libertés fondamentales sont “respectées”.

À LIRE  Coup d'Etat au Mali : les médiateurs de la CEDEAO proposent 12 mois de transition